Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Mouvement social du 9 octobre : dans la Marne, la psychiatrie sur un fil

lundi 8 octobre 2018 à 19:27 Par Alexandre Berthaud, France Bleu Champagne-Ardenne

À travers la France de plus en plus d'établissements psychiatriques dénoncent un manque de moyens criant. Dans la Marne, il manque 40 employés dans l'établissement public de santé mentale. Entre manque de financement et difficultés de recrutement, les soignants souffrent.

L'EPSMM est basé à Châlons-en-Champagne.
L'EPSMM est basé à Châlons-en-Champagne. © Radio France - Alexandre Berthaud

"On est à bout". Il aura fallu moins de deux minutes de discussion avec Nathalie pour que cette préparatrice en pharmacie lâche le morceau. Épuisée, à fleur de peau, elle est profondément fatiguée depuis un changement de rythme dans son travail, en janvier. Davantage de choses à faire, mais pas plus de personnel, donc des employés au bout du rouleau, et l'histoire de Nathalie n'est pas un cas isolé.

Prise en charge "bâclée"

"Ce matin on visitait un service, et _un des collègues nous a dit qu'il ne gérait plus que l'urgence_, les repas, les soins fondamentaux, alors que la psychiatrie c'est bien plus que ça", s'emporte Juliette Peloux, responsable de la CFDT pour l'EPSMM (Établissement Public de Santé Mentale de la Marne). Le syndicat ne manifeste pas le 9 octobre, mais réclame néanmoins des moyens supplémentaires.

Un constat partagé par les membres de la CGT comme Gilles Ferlet : "la prise en charge, pardonnez-moi l'expression, bâclée, ça frustre tout le monde, les collègues nous disent _faire du gardiennage, ce n'est pas la vocation de la psychiatrie_, une profession d'accompagnement du patient"

L'EPSMM emploie 110 personnes pour un budget annuel de 75 millions d'euros. - Radio France
L'EPSMM emploie 110 personnes pour un budget annuel de 75 millions d'euros. © Radio France - Alexandre Berthaud

Au moins 40 soignants manquants

Alors que selon la CGT il faudrait 97 employés supplémentaires (l'établissement emploie 1100 personnes) la direction concède que selon une étude de l'Agence Régionale de Santé (ARS) établie déjà il y a plusieurs années, l'EPSMM a besoin de 40 employés supplémentaires pour fonctionner. "On a _des difficultés à recruter notamment dans les territoires ruraux_", explique Xavier Dousseau, le directeur. 

Néanmoins à mots couverts on comprend qu'une rallonge budgétaire ne serait pas de refus : dans son établissement trois absences longues sur quatre ne sont pas remplacées. Ailleurs en France, notamment à Amiens et à Rouen, plusieurs hôpitaux psychiatriques connaissent des grèves, le secteur est en crise.

Certaines parties de l'établissement ont été rénovées et cela explique aussi le manque de recrutement selon la direction. - Radio France
Certaines parties de l'établissement ont été rénovées et cela explique aussi le manque de recrutement selon la direction. © Radio France - Alexandre Berthaud