Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Moyens humains et matériels : l’ARS fait le point sur la gestion du coronavirus : en Corse

-
Par , , France Bleu RCFM

Alors que l’île compte désormais 233 personnes testées positives au COVID19, 50 cas en Haute-Corse et 183 cas en Corse-duSud, l’agence régionale de la santé a fait le point ce mercredi sur la gestion de cette crise sanitaire tant au niveau humain que matériel.

Marie-Hélène Lecenne, directrice de l'ARS de Corse
Marie-Hélène Lecenne, directrice de l'ARS de Corse © Radio France - RCFM

Depuis le début de l’épidémie, 233 personnes ont été testées positives au COVID-19 en Corse :

  •   50  cas en Haute-Corse, dont un patient en réanimation
  •   183 cas en Corse-du Sud, dont 8 patients en réanimation

On dénombre également 15 décès hospitaliers : 13 en Corse du Sud et 2 en Haute-Corse.

Plusieurs centres de consultation

Depuis quelques jours des "centres Covid" voient le jour un peu partout dans l'île. Dans ces lieux d'accueil, les patients seront reçus par des médecins libéraux, selon un processus très strict. Cela permettra avant tout de soulager les deux hôpitaux, c'est ce qu'explique la directrice générale de l'ARS, Marie-Hélène Lecenne : « Une vraie réponse en ambulatoire puisque l’ensemble des partenaires libéraux, médecins et infirmiers, ont créé des centre médicaux ambulatoires ce qui permet vraiment une réponse qui propose des alternatives à une consultation puisque c’est d’abord une prise de rendez-vous puis du télé conseil ou de la téléconsultation. C’est vraiment une alternative qui permet de ne pas se rendre dans les cabinets médicaux et qui évite que ces patients aillent à l’hôpital. On va avoir avec l’assurance maladie une proposition de tarification des actes adaptée au contexte. _En termes d’équipements il y a une mise de départ pour que les libéraux soient sécurisés dans leur organisation_, les équipements de protection et puis les dotations en masques dédiés à ces centres. »

Marie-Hélène Lecenne, directrice de l'Agence régionale de la santé

Dons et livraisons

La directrice de l’ARS explique également aujourd’hui que les livraisons nationales d’équipements de protection combinées aux dons sur place permettent de répondre efficacement aux besoins des personnels libéraux et hospitaliers.

Marie-Hélène Lecenne, directrice de l'Agence régionale de la santé

« Je remercie tous ces dons qu’ils soient des institutions, des professionnels ou des entrepreneurs. Ce stock tampon est intéressant pour nous parce qu’en fait on est livrés depuis la semaine dernière pour les libéraux, et on a reçu pur la deuxième fois des palettes pour les établissements, mais avoir la possibilité d’ajuster ces attributions nationales nous parait essentiel pour répondre au besoin de protection des soignants. On joue sur ces deux systèmes, une possibilité de dépanner et une organisation plus efficace des livraisons nationales et c’est vrai que pour les libéraux le système préalable n’était pas efficace, une nouvelle organisation sera mise en œuvre dès la semaine prochaine. » 

Des renforts en personnels 

Enfin, l’humain sera probablement le nerf de la guerre contre le COVID19, et à ce niveau là toutes les bonnes volontés sont recherchées explique Marie-Hélène Lecenne : « Du point de vue médical les équipes d’Ajaccio sont configurées de telle sorte qu’elles répondent aux besoins mais on est en train d’anticiper des renforts voire des relèves. On est en train de contacter un certains nombre de médecins sur le continent et de négocier avec leurs structures le fait que ces médecins puissent venir plusieurs semaines en Corse. L’enjeu pour les deux établissements, Bastia et Ajaccio, est vraiment de _se constituer une réserve infirmière_. Il y a la réserve sanitaire, le fait qu’on demande au niveau national des renforts et puis on a identifié des personnes qui peuvent être retraitées ou disponibles, on a fait une liste pour voir comment statut par statut elles peuvent être recrutées à l’hôpital. »

Marie-Hélène Lecenne, directrice de l'Agence régionale de la santé

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu