Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

AstraZeneca : un médecin mulhousien obligé de jeter des doses de vaccin, faute de volontaires

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

Patrick Vogt, médecin généraliste à Mulhouse a poussé un coup de gueule mercredi sur son compte Twitter. En pleine pandémie de coronavirus, il a été obligé de jeter des doses de vaccin AstraZeneca, faut de volontaires.

Une dose d'AstraZeneca, illustration
Une dose d'AstraZeneca, illustration © Maxppp - Maxppp

Le coup de gueule de Patrick Vogt, un médecin généraliste de Mulhouse. Il a publié un tweet ce mercredi dans lequel il explique avoir été obligé de jeter des doses de vaccin AstraZeneca. Au total, quatre à cinq doses jetées faute de volontaires pour se faire piquer.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Une trentaine d'injections en avril contre environ 150 en mars

Pourtant jusqu'à fin mars, il explique avoir eu pas mal de volontaires. Et puis plus rien....  D'où le coup de gueule de Patrick Vogt. "Il y a un désengouement évident de la population pour le vaccin Astra. Cette semaine j'avais prévu de vacciner, donc j'ai ouvert un flacon de 10 doses lundi et 48h après je n'avais réussi à vacciner que six personnes. Pourtant, je l'avais proposé à des dizaines de personnes et donc j'ai été obligé à contrecœur de jeter quatre doses de vaccin mercredi après-midi" explique le médecin, dépité. D'environ 150 injections en mars, il est passé à peine à une trentaine en avril. 

"On vit une situation incroyable, jamais je n'aurais pensé cela en pleine pandémie", poursuit le docteur. Le vaccin AstraZeneca semble victime d'une mauvaise réputation, née avec les doutes liés à des cas de thrombose survenus récemment. Et sa brève suspension par les autorités sanitaires, rapidement levée.

Pourtant, le docteur Vogt explique que le vaccin est une arme très efficace contre la pandémie. "On est dans l'émotion et pas dans le raisonnement. Les chiffres, c'est un département du Haut Rhin avec 700.000 habitants. Si on vaccine tout le monde avec le vaccin Astra, on risque un cas mortel par thrombose. Ce n'est donc pas toutes les personnes qui feront une thrombose, mais tout le monde en revanche peut être touché par le Covid-19 et développer la maladie. Notre ennemi, ce n'est pas le vaccin, c'est le virus", conclut-il.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess