Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences

Municipale à Saint-Étienne : Gaël Perdriau lance un "plan cancer", une première à l'échelon local

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Quelques jours après avoir inauguré sa permanence de campagne à quelques mètres de l’Hôtel de Ville, le maire Les Républicains de Saint-Étienne a dévoilé ce vendredi le projet phare de son mandat s'il était réélu en mars prochain : un plan cancer stéphanois.

Le cancérologue stéphanois Franck Chauvin et le maire de la ville Gael Perdriau.
Le cancérologue stéphanois Franck Chauvin et le maire de la ville Gael Perdriau. © Maxppp - Yves Salvat

C'est un projet présenté comme unique dans le paysage politique français où la lutte contre le cancer est essentiellement de la compétence de l’État, à travers notamment les plans cancers nationaux. Pour la première fois selon les experts, une ville va donc se donner les moyens, si Gaël Perdriau est élu, de mettre en cohésion tout ce qui entre dans la lutte contre le cancer, de la prévention à l'accompagnement social, en passant bien entendu par les traitements médicaux.

Budget de départ : cinq millions d'euros

Avec ce plan Gaël Perdriau veut frapper fort dans la course à la municipale : s'attaquer à la première cause de mortalité des Français. Un fléau qui ne cesse de grandir car selon les experts, les enfants qui naissent aujourd'hui auront une chance sur deux d'être confrontés au cancer.  L'idée est de mettre en relation les structures spécialisées qui existent déjà comme le centre Hygée, le centre régional de prévention des cancers, l'Institut Présage, ou encore le Campus Santé Innovation. Mais aussi les associations comme la Ligue contre le Cancer, ou des associations culturelles, sportives et d'accompagnement à l'emploi. Tout en développant une politique d'aménagement de la ville qui favorise notamment le climat. 

Ensemble ils travailleront sur trois piliers :  

  • La prévention, partant du principe qu'un tiers de cancers pourraient être évités.
  • Les soins, en s'ouvrant par exemple à de nouveaux protocoles
  • L'accompagnement en œuvrant pour la réinsertion sociale, professionnelle et parfois familiale des malades. 

Un plan cancer local dont le but est de s'accrocher au futur plan européen qui sera mis en place en 2021.

Gaël Perdriau, maire de Saint-Étienne et président de Saint-Étienne Métropole 

"Je souhaite m'appuyer sur la prévention dans tous les domaines de la vie punicipale comme l'aménagement de l'espace public, la politique des transports en commun pour éviter la pollution atmosphérique qui est une des causes mais pas la seule. En matière de soins je souhaite pouvoir construire 3 ou 4 maisons de santé sur la Métropole pour accompagner au quotidien les malades. Pour ceux qui sont guéris il y a un accompagnement indispensable pour retrouver une insertion professionnelle, sociale, sportive et qui est pour le moment trop absent."

Franck Chauvin, cancérologue et président du Haut Conseil de la Santé Publique 

"Il faut réaliser à quel point l'environnement et l'environnement social ont un rôle sur l'incidence des cancers dans une ville et un territoire et sur l'après cancer. Comme acteur de la santé publique je suis persuadé depuis longtemps que l'échelon local est très important. C'est une originalité et je ne connais pas de ville qui se soit engagé à ce point dans cette réflexion."

Patrick Michaud, président du Comité 42 de la Ligue contre le Cancer et futur référent du plan 

"Le premier pilier ce sont les associations. Le 2e ce sont le professionnels car les malades passent beaucoup de temps chez eux. Il va falloir les accompagner à domicile. Aujourd'hui je ne suis pas convaincu que la ville soit prête. Le 3e pilier ce sont les usagers car ce sont les malades qui sont au mieux de dire ce dont ils ont besoin à travers toutes les associations". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu