Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences DOSSIER : Le plus de l'info de France Bleu Belfort Montbéliard

"On n'est pas des ambulanciers" : l'appel au secours des pompiers du Territoire de Belfort

lundi 25 juin 2018 à 7:08 Par Hervé Blanchard, France Bleu Belfort-Montbéliard et France Bleu

Les pompiers du Territoire de Belfort tirent la "sirène" d'alarme. Chaque année, ils se substituent de plus en plus aux ambulances privées du département, très vite surchargées. Le phénomène n'est pas nouveau, mais il met en danger la mission première des pompiers et mine le moral des troupes.

Les pompiers du SDIS 90 souhaitent ne plus avoir à pallier la pénurie des ambulances privées
Les pompiers du SDIS 90 souhaitent ne plus avoir à pallier la pénurie des ambulances privées © Maxppp - L'Est Républicain

Territoire de Belfort, France

Les pompiers du Territoire de Belfort veulent rester des pompiers avant tout. Quand les ambulances privées du département ne peuvent plus transporter les malades aux services des urgences, le centre de régulation du SAMU les sollicite pour pallier cette pénurie, ce qui les détourne de leur mission première. Le phénomène n'est pas nouveau, mais il est en constante progression et pose aujourd'hui un vrai problème d'organisation aux services d'incendie et de secours du département.

Le transport sanitaire, le quotidien des pompiers

En théorie, les pompiers interviennent sur la voie publique pour des cas d'urgence vitale, et le Samu à domicile. Sauf qu'en pratique, dans le Territoire de Belfort, comme d'ailleurs partout en France, c'est différent. Les ambulances privées sont très vite saturées, par manque d'effectif stable nous confie le responsable du secteur Jean-Jacques Hézard "La profession n'attire pas assez, parce que le métier est mal payé" ajoute-t-il. Le Samu 90 sollicite alors les pompiers, c'est ce qu'on appelle une carence, qui est prévue dans le code des collectivités. Sauf que cette pratique constitue aujourd'hui quasiment le quotidien des pompiers terrifortains ? Précisons tout de suite que les pompiers n'en veulent absolument pas aux ambulanciers privés. Bien au contraire disent-ils "Nous subissons comme eux des sollicitations accrues de toutes parts" avance le Lieutenant-colonel Stéphane Helleu, directeur du SDIS 90 (le Service départemental d'incendie et de secours).

Déjà 600 interventions de remplacement des ambulances par les pompiers terrifortains en 2018

Le phénomène ne cesse de croître avec une hausse constante de 15% chaque année de transport sanitaire assuré par les pompiers du Territoire de Belfort. En 2017, près d'un millier d'interventions ont été comptabilisées. Au premier semestre 2018, on en recense déjà 600. Cette augmentation exponentielle a une conséquence directe. Elle détourne de leur mission première les pompiers pour Stéphane Helleu : "Quand on mobilise tous nos moyens sur des missions qui ne sont pas nécessairement urgentes, on prend le risque de faire défaut sur les missions que seuls les sapeurs-pompiers peuvent faire, à savoir lutter contre l'incendie, les accidents de la circulation ou les détresses vitales".

"C'est également au détriment de la disponibilité individuelle des pompiers volontaires qui n'ont pas forcément pris un engagement pour remplir ce type de mission qui ne sont pas les leurs à la base" ajoute le directeur du SDIS 90.

Les pompiers du Territoire de Belfort (ici lors de leur congrès départemental à Montreux-Château) pallient trop souvent à la pénurie d'ambulances privées - Radio France
Les pompiers du Territoire de Belfort (ici lors de leur congrès départemental à Montreux-Château) pallient trop souvent à la pénurie d'ambulances privées © Radio France - Hervé Blanchard

Le jour où les pompiers vont craquer, il n'y aura plus personne derrière" - Lieutenant-colonel Helleu

Le dossier est compliqué, d'autant que les pompiers ne peuvent pas refuser une demande d'intervention. Mais les discussions existent avec le centre de régulation du 15 pour que le 18 reste réservé aux urgences. L'Agence régionale de santé (ARS) réfléchit également à un projet régional de santé, "même si les SDIS francs-comtois n'y ont pas été associés" déplore Florian Bouquet, le président du Conseil départemental du Territoire de Belfort et président de fait du conseil d'administration du SDIS90. Le sujet est sensible d'autant qu'il a un coût : 119 euros pour chaque sortie des pompiers, certes remboursés par le CHU de Besançon, mais la note s'alourdit très vite. 

Les pompiers du Territoire de Belfort (ici lors de leur congrès départemental à Montreux-Château) ne veulent pas servir de "taxi" - Radio France
Les pompiers du Territoire de Belfort (ici lors de leur congrès départemental à Montreux-Château) ne veulent pas servir de "taxi" © Radio France - Hervé Blanchard

Sans compter que cela a également une répercussion sur le plan humain et social. "On a le sentiment parfois d'être considérés comme un taxi, mais attention, ce terme peut être pris maladroitement parce que les gens qui font appel à une solution en ont besoin" affirme le Lieutenant-colonel Helleu, patron des pompiers du Territoire de Belfort. "Mais la vraie question, c'est à part les pompiers, il n'y a personne pour apporter cette solution. Donc il y a un vrai sujet à prendre en main à l'échelle nationale, pour régler le souci soit en terme de gestion, soit en terme de moyens, et éviter de mettre "dans le rouge" les sapeur-pompiers. _On risque une rupture notamment du volontariat. Il faut absolument trouver une solution, parce que nous sommes en train de craquer, et le jour où les pompiers craquent, il n'y aura plus personne derrière_".

Malgré ce climat pesant, les pompiers du Territoire de Belfort sont exemplaires. La preuve, en 2017, leur délai d'intervention était de neuf minutes en moyenne, soit le troisième temps le plus rapide de France derrière les pompiers de Paris et de Marseille.