Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Nancy : elles rament contre le cancer du sein

dimanche 13 mai 2018 à 19:41 Par Cédric Lieto, France Bleu Sud Lorraine

Des femmes, qui ont été traitées pour un cancer du sein, participeront à la Vogalonga, une randonnée sur l'eau à Venise le dimanche 20 mai. Un projet pour se reconstruire après la maladie et montrer que la vie continue.

Les participantes seront à Venise dimanche prochain
Les participantes seront à Venise dimanche prochain © Radio France - Cédric Lieto

Nancy, France

Elles ont décidé de ramer contre le cancer du sein. Une vingtaine de femmes, membres de l'association Symphonie, qui ont été soignées pour un cancer du sein participeront dimanche 20 mai à la Vogalonga, un parcours en bateau, à la rame, à Venise. Une épreuve de 32 kilomètres qui réunit plusieurs milliers de bateaux chaque année. UN défi collectif et personnel, avec l'appui du club de canoë-kayak de Nancy-Tomblaine pour ces femmes en reconstruction. Leur ultime entraînement avait lieu ce week-end à Nancy.

Tourner la page

Elles sont reconnaissables de loin avec leurs tenues roses. L'équipage s'élance du ponton, synchronisé. Cela fait des mois qu'elles s'entraînent chaque samedi. Brigitte participera à sa première Vogalonga après son cancer du sein. Elle veut tourner la page de la maladie : 

C'est vrai que quand cette maladie nous tombe dessus, on se dit "Olala olala". D'avoir cet objectif là, ça apporte quelque chose pour remettre ça au second plan même si parfois, ça tire un peu."

A bord, certaines participent à leur troisième ou quatrième Vogalonga, la maladie est bien derrière elle. Leur but, accompagner celles qui sortent du traitement, une aide morale cruciale pour Corinne, 53 ans, dont la dernière séance de radiothérapie a eu lieu il y a à peine un an : 

C'est difficile après parce qu'on n'a plus de cheveux, on a pris des rides, on n'est plus tout à fait comme avant. Là, effectivement, c'est un peu compliqué. Du coup, de participer avec des personnes qui ont vécu la même chose, c'est bien parce qu'elles comprennent."

Chacune son histoire

Chacune rame avec son histoire, son passé, un corps qu'il faut se réapproprier. A bord, il y a aussi Claude. A 50 ans, elle participe pour sa belle-soeur, atteinte d'un cancer du sein : 

J'ai la chance de ne pas être malade. Elle ne pouvait pas venir. Elle est à travers moi. On le fait à deux."

Cette expérience, cette Vogalonga change ses femmes à jamais. C'est un nouveau départ comme l'a souvent remarqué Josiane Nauman, responsable du projet au sein de l'association Symphonie : 

On en a eu une qui a dit : "je ne suis pas foutue du tout, je vais reprendre les études. Elle avait 57 ans. Elle a repris une année. Maintenant, elle retravaille. C'est une très belle aventure."

Un marathon qui s'achèvera dimanche 20 mai par 32 kilomètres à la rame dans les eaux de Venise.