Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Nantes commence à préparer la fin du plastique à la cantine

mardi 12 mars 2019 à 9:15 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan

Le premier groupe de travail sur la fin du plastique à la cantine se réunit ce mardi à la mairie de Nantes. C'est une demande des parents d'élèves face au risque que ça représente pour la santé. Ça fait déjà quatre ans que c'est comme ça aux Sables-d'Olonne.

Plus de 3.000 parents d'élèves nantais ont demandé la fin des bacs en plastique pour faire réchauffer les plats à la cantine (photo d'illustration)
Plus de 3.000 parents d'élèves nantais ont demandé la fin des bacs en plastique pour faire réchauffer les plats à la cantine (photo d'illustration) © Maxppp -

Nantes, France

La mairie de Nantes commence à travailler sur la fin du plastique à la cantine. Un premier groupe de travail se réunit ce mardi. C'est un changement demandé par les parents d'élèves (via une lettre ouverte qui a recueilli plus de 3.000 signatures) face au risque que ça représente pour la santé. Le problème, c'est que quand les plats sont réchauffés dans les barquettes en plastique, des particules peuvent se transmettre à la nourriture.

C'est plus long de laver les bacs en inox plutôt que jeter ceux en plastique, mais la santé de nos enfants n'a pas de prix."

C'est pour ça qu'il y a quatre ans, la mairie des Sables-d'Olonne a décidé d'arrêter le plastique. "Le contrat avec notre nouveau prestataire ne nous a pas coûté plus cher", explique Jean-Pierre Chapalain, le conseiller municipal en charge de l'environnement, pour qui le changement n'a pas été très compliqué. "Nous lui avons demandé de remplacer les bacs en plastique par des bacs en inox. Nos agents doivent laver ces bacs en inox plutôt que jeter les bacs en plastique pour ensuite les retourner au prestataire pour qu'il les remplisse de nouveau. Ça leur fait du travail en plus, mais la santé de nos enfants n'a pas de prix".  

Ce qui coûte donc un peu plus cher à la mairie, c'est le temps passé à nettoyer les bacs en inox, mais elle n'a pas eu à embaucher pour le faire.