Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

"Nice est un haut lieu de la recherche sur le cancer du poumon", selon le professeur Paul Hofman du CHU de Nice

jeudi 6 septembre 2018 à 10:04 Par Emma Sarango, France Bleu Azur

Le professeur Paul Hofman, à l'origine de la découverte d'un test de dépistage du cancer du poumon, était l'invité de France Bleu Azur ce jeudi matin à l'occasion d'un congrès inédit les 6 et 7 septembre au palais des rois sardes à Nice.

Paul Hofman, professeur de pathologie au CHU de Nice, invité de France Bleu Azur
Paul Hofman, professeur de pathologie au CHU de Nice, invité de France Bleu Azur © Radio France - Sarango

Nice, France

Ces jeudi 6 et vendredi 7 septembre, le palais des rois sardes à Nice accueille un congrès inédit autour du cancer du poumon : 200 spécialistes français et européens réunis pour faire le point sur l'état de la recherche. Parmi eux, une dizaine de chercheurs venus du MD Handerson à Houston (Etats-Unis), le premier centre anti-cancéreux au monde. 

"C'est la preuve que Nice est devenue un haut lieu de la recherche contre le cancer du poumon" se félicite le professeur Paul Hofman, l'un des organisateurs du congrès. "Nous avons des équipes compétentes au CHU de Nice et au centre Antoine Lacassagne", assure le docteur en pathologie, invité de France Bleu Azur jeudi matin.

Diagnostiquer le cancer plus tôt

Paul Hofman et son équipe sont à l'origine d'une découverte majeure dans ce domaine : un test sanguin de dépistage du cancer du poumon. "Les symptômes apparaissent toujours trop tardivement donc le défi c'est de le dépister très tôt quand le patient peut encore être opéré" explique le professeur du CHU de Nice.

Ces deux dernières années, 21 hôpitaux français ont participé aux tests. "Nous saurons d'ici la fin de l'année si le test est efficace ou s'il faut encore l'améliorer" précise Paul Hofman qui espère que les hôpitaux français puissent à terme bénéficier de ce test.

Paul Hofman, professeur au CHU de Nice, invité de France Bleu Azur