Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Non homologués, les masques en tissu, lavables et réutilisables, restent à la porte des hôpitaux

Des particuliers et des entreprises proposent des masques en tissu aux centres hospitaliers. Mais ces protections ne sont pas homologuées. Illustration à Cherbourg, où une couturière fabrique des masques bénévolement.

Masque de protection fabriqué à la maison avec une machine coudre pour se protéger du coronavirus, covid 19.
Masque de protection fabriqué à la maison avec une machine coudre pour se protéger du coronavirus, covid 19. © Radio France - Aurélie Lagain

Les masques en tissu comme recours à la pénurie de masques pour les soignants. Une solution dont s'emparent des entreprises et des particuliers. Le CHU de Grenoble a même sorti un tutoriel pour en fabriquer.

Mauricette Guerrand, couturière de carrière manchoise, a justement suivi les plans de l'établissement isérois. "J'utilise du coton et du polaire fin. Je l'extérieur en coton. J'insère le polaire dans le coton, et je retourne. J'ajoute des liens, pour nouer le masque derrière la tête." 

Des masques lavables à haute température, et réutilisables

Des protections "lavables, dans l'idéal à la main, avec du savon, à très haute température".

Mauricette travaille déjà avec le service pré-natal de l'hôpital Pasteur de Cherbourg, fournissant doudous et couvertures aux nourrissons. Elle a proposé des masques en tissu au centre hospitalier du Cotentin. Seulement voilà...

Ils ont refusé mes masques car ils ne sont pas homologués."

L'établissement confirme, par la voix de sa directrice Séverine Karrer : "Ce sont des objets très normés. Or, _ces masques en tissu ne correspondent pas aux normes_. Des études sont actuellement en cours, mais nous n'avons pas encore assez de retours d'expérience, et donc pas de certitudes."

Les masques de la couturière cherbourgeoise ont cependant vite trouvé preneur. Des soignants d'un centre médico-social de La Glacerie ont saisi l'aubaine. "J'ai livré 12 premiers masques, se réjouit Mauricette. Je vais en livrer 12 autres. Et il y a déjà une commande de 40 en cours !"

"Ils sont rassurés. Les soignants me disent qu'ils retournent au travail avec le sourire. Ils avaient peur sans masque. Ce n'est pas une protection parfaite, mais c'est mieux que rien", assène Mauricette, dont le propos fait écho à l'appel de certains médecins.

En attendant les conclusions des études sur le sujet, l'Agence régionale de santé a été ferme : "les masques en tissu ne font pas partie de nos recommandations. Nous privilégions le masque à usage unique, plus en phase avec les gestes barrières. Ceux en tissu sont réutilisables..."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu