Santé – Sciences

Nourrissons morts à Chambéry : le laboratoire Marette contre-attaque

France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Pays de Savoie jeudi 6 février 2014 à 9:53

En décembre 2013, trois bébés sont morts à la maternité du CHU de Chambéry.
En décembre 2013, trois bébés sont morts à la maternité du CHU de Chambéry. © MaxPPP

Le laboratoire qui a fabriqué les poches contaminées ne veut pas porter seul la responsabilité de ce dossier. Il accuse l'hôpital d'avoir entièrement désinfecté son service de néonatalogie juste avant un contrôle sanitaire, pour faire disparaître des "preuves", et affirme que la chaîne du froid n'a pas été respectée dans la conservation des poches.

Dans le délicat dossier des poches contaminées, le laboratoire Marette, leur fabricant, vient de lancer une nouvelle contre-attaque. Son avocat, Maître Matthieu Lemaire, a réuni la presse mercredi soir, et a [accusé l'hôpital de Chambéry](Nourrissons de Chambéry : l'avocat du laboratoire "Marette" accuse l'hôpital) de porter également des responsabilités après la mort, en décembre, de trois nourrissons.

L'hôpital de Chambéry a-t-il cherché à dissimuler "des preuves" ?

Alors que la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a récemment évoqué "un accident de production" au sein du labo Marette, celui-ci refuse de porter seul la responsabilité de ce dossier. Selon l'avocat, le centre hospitalier aurait cherché à dissimuler les "preuves" de certains dysfonctionnements internes à l'hôpital.En se référant au rapport de l'Agence Régionale de Santé (ARS), Maître Matthieu Lemaire affirme ainsi que le service de néonatalogie de Chambéry a été "totalement désinfecté" le 13 décembre... soit quelques jours avant d'être contrôlé. Ce qui laisse penser, dit l'avocat, que l'hôpital avait quelque chose à cacher.

L'avocat Matthieu Lemaire s'étonne que l'hôpital de Chambéry ait entièrement désinfecté ses locaux juste avant un contrôle.

L'avocat du laboratoire Marette pointe un autre dysfonctionnement : selon lui, la chaîne du froid n'aurait pas été respectée. Il affirme qu'à l'hôpital de Chambéry, le réfrigérateur qui contenait les poches n'était pas adapté. "Un frigo ménager, sans contrôle possible des températures ", qui aurait été changé juste avant le contrôle par l'ARS. Le site du laboratoire Marette, dans le Calvados, est toujours fermé pour le moment. L['enquête, elle, est en cours.](Bébés morts de Chambéry : à qui la faute ?)