Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Nous avons moins de lits et moins de personnel qu'avant la crise" alerte l'urgentiste Christophe Prudhomme

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Emmanuel Macron met à l'honneur les soignants ce 14 juillet. "Nous on demande des lits et à être plus nombreux", répond, sur France Bleu Paris, le porte-parole de l'association des urgentistes de France qui sera dans le cortège des manifestants ce mardi à Paris.

Manifestation devant l’hôpital Robert Debré des personnels soignants, le 18 juin, jour de mobilisation nationale.
Manifestation devant l’hôpital Robert Debré des personnels soignants, le 18 juin, jour de mobilisation nationale. © Maxppp - Christophe Morin

"L'hopital est à l'agonie!", lance l'urgentiste Christophe Prudhomme, porte-parole de l'AMUF, invité de France Bleu Paris ce mardi, toujours en colère malgré les accords du Ségur de la Santé, signés hier à Matignon. Plus de 8 milliards d'euros débloqués pour l'hôpital et notamment pour augmenter les salaires, 183 euros net de plus par mois pour les paramédicaux, les techniciens de laboratoires, les agents administratifs. Mais encore de nombreux manquements pour l'urgentiste.

"Quelques euros de plus c'est toujours bon à prendre en regard de la faiblesse des salaires", mais ces accords sont "insuffisants" pour le chef des urgences de Bobigny, qui manifestera à partir de 14h, place de la République, à l'appel de six organisations de soignants, dont les syndicats CGT et SUD.

L'hommage aux soignants le 14 juillet, "c'est irritant"

Selon l'urgentiste, il reste de nombreux problèmes non réglés après ces accords. "Le recours à l'intérim pour les nuits, les weekends, les jours fériés, les heures supplémentaires pour les médecins sont moins bien payés que les heures normales", énumère Christophe Prudhomme. Il s'inquiète aussi pour les créations d'emplois, promises, mais non inscrites noir sur blanc dans les accords du Ségur de la Santé. "On nous dit peut-être 7 500 postes pour 2 000 établissements, c'est trois emplois par établissement, ce n'est pas à la hauteur des besoins". Dernière revendication importante pour les soignants, l’arrêt des fermetures de lits.

Ces accords pourtant signés par des syndicats, mais qui ne sont pas forcément représentatifs selon le porte-parole des urgentistes de France, du moins des syndicats qui ne participent pas aux manifestations des soignants depuis un an, rappelle Christophe Prudhomme. "Autour de moi, majoritairement, mes collègues sont très déçus, voire en colère". 

Et ce n'est pas la reconnaissance de la nation en ce 14 juillet qui l'apaise. Au contraire, "tout le décorum, le 14 juillet, le grand palais, les médailles, etc.. tout ça c'est irritant". "Ce n'est pas ce qu'on demande, on demande des lits, pour les malades, à être plus nombreux pour ne pas être épuisés au travail,  et des rémunérations au minimum à hauteur des salaires dans les autres pays de l'OCDE. Les 183 euros c'est simplement le rattrapage de ce qu'on a perdu depuis 2010".

Les hôpitaux encore plus mal en point qu'avant la crise

La situation est-elle en train de déraper en Seine-Saint-Denis ?  Un nouveau foyer épidémique est apparu dans une école à Saint-Ouen, où le port du masque est désormais imposé dans les lieux clos, mais pour le chef des urgences de l’hôpital de Bobigny, la situation reste sous contrôle. "Nous avons un certain nombre de foyers, ce qui était à prévoir. Des cas surtout jeunes, or la mortalité touche surtout les plus de 65 ans", explique Christophe Prudhomme. En Ile-de-France, une trentaine de clusters sont aujourd'hui actifs depuis moins de deux semaines, et sous surveillance, selon l'ARS. 

Christophe Prudhomme est toutefois inquiet, en cas de nouvelle vague dans les semaines ou mois à venir. "Faut être clair, nous ne serons pas en capacité de réagir à hauteur de ce que la population est en droit d'attendre. Nous avons moins de lits qu'avant la crise, et moins de personnel, parce là, la déception provoque des démissions !"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess