Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

« Nous ne cautionnons plus ce fonctionnement délirant ! » Un cardiologue démissionnaire du CHU de Caen

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Ils ont mis leur menace à exécution. 37 hauts responsables du CHU de Caen ont officiellement démissionné de leurs tâches administratives ce lundi. Une façon pour eux de réclamer un nouveau mode de fonctionnement avec, disent-ils, « l’humain pour unique priorité ».

Des chefs de services et hauts responsables du CHU de Caen annoncent leur "démissions des tâches administratives" ce lundi.
Des chefs de services et hauts responsables du CHU de Caen annoncent leur "démissions des tâches administratives" ce lundi. © Radio France - Didier Charpin

Des dizaines de blouses blanches réunies autour du nouvel amphithéâtre du CHU de Caen en début d’après-midi. Il s’agit des trente-sept ‘démissionnaires’ ce 3 février. Tous chefs de services, chefs d'unités fonctionnelles ou membres de commissions. « Les patients ne seront pas touchés » précisent ces docteurs ou professeurs qui vont désormais délaisser leurs tâches administratives.

« Au niveau national comme à Caen, nous voulons êtes plus associé à la gouvernance de l’hôpital. On a un directeur tout puissant qui a une gestion purement économique de l’hôpital qu’il dirige comme une entreprise » explique le professeur Thong Dao, l’un des démissionnaires. Ce chef du service gastro-entérologie estime qu’il n’y a plus d’approche humaine de la médecine, mais plutôt une logique comptable qui consiste à « multiplier les actes pour gagner de l’argent ». Il affirme que ce système ne nuit pas à la qualité des soins mais à leur organisation, notamment dans le nombre de lits disponibles.

Ces professeurs et médecins du CHU de Caen s'inscrivent dans un mouvement national de démissions des tâches administratives. « Cela signifie que nous ne participerons plus aux réunions sur l’organisation. Et nous ne remplirons plus les tableaux qui comptabilisent tous les actes, secteur par secteur » précise le docteur Damien Legallois, cardiologue au CHU. Avant de conclure son objectif en une phrase : « ne plus cautionner ce mode de fonctionnement délirant ! ». Irrité par, dit-il, l’absence de réponse d’Agnès Buzyn,la ministre de la Santé,  il réclame la fin de l’hôpital à priorité économique avec une constante recherche de rentabilité. 

Ces démissions administratives n'auront aucune conséquence sur les prises de rendez-vous et consultations pour les patients. Elles visent plutôt à perturber l'organisation et la comptabilité du CHU de Caen et des hôpitaux touchés par le mouvement. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess