Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Nous serons contraints de faire un tri des patients" alertent 41 médecins de l'APHP

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Dans une tribune publiée dans le Journal du Dimanche ce 28 mars, 41 médecins urgentistes et réanimateurs des hôpitaux de Paris alertent, d'ici quinze jours, ils n'auront d'autre choix que de faire un tri parmi les malades dans leurs services.

Tension au sein du service réa de l'hôpital Pompidou.
Tension au sein du service réa de l'hôpital Pompidou. © Maxppp - Arnaud Dumontier

Ils veulent être transparents envers leurs patients et leurs familles. 41 médecins réanimateurs et urgentistes de l'APHP, signent une tribune dans le JDD ce dimanche matin pour expliquer que d'ici deux semaines ils seront contraints dans leurs services de "trier" les patients atteints du covid, ainsi que les autres, au vue de la flambée de l'épidémie en Île-de-France. 

"Dans les quinze prochains jours, les contaminations ayant déjà eu lieu,  nous avons une quasi-certitude sur le nombre de lits de soins critiques qui seront nécessaires et nous savons d'ores et déjà que nos capacités de prise en charge seront dépassées au terme de cette période", écrivent ces soignants qui prédisent déjà que les mesures mises en place depuis un peu plus d'une semaine seront insuffisantes pour soulager la tension hospitalière.

"Ce tri concernera tous les patients, Covid et non Covid, en particulier pour l'accès des patients adultes aux soins critiques

"Nous n'avons jamais connu une telle situation, même pendant les pires attentats subis ces dernières années", poursuivent les 41 signataires, qui espèrent pouvoir utiliser tous les leviers possibles pour éviter la saturation des lits de réanimation dans les 39 hôpitaux de Paris "en utilisant toutes les ressources humaines et matérielles disponibles, en procédant à des évacuations sanitaires au maximum des possibilités". 

"Ce tri concernera tous les patients, Covid et non Covid, en particulier pour l'accès des patients adultes aux soins critiques",  justifient les médecins, "Le tri des patients a déjà commencé puisque des déprogrammations médicales et chirurgicales importantes nous ont déjà été imposées et que nous savons pertinemment que celles-ci sont associées à des pertes de chances et des non-accès aux soins pour certains patients. Ces déprogrammations vont devoir s'intensifier dans les jours qui viennent, n'épargnant bientôt plus que les urgences vitales".

Nous ne pouvons rester silencieux sans trahir le serment d'Hippocrate que nous avons fait un jour

"Nous, médecins impliqués dans la prise en charge des victimes graves de la pandémie, affirmons que nous serons présents auprès de tous les patients et de leurs familles pour les prendre en charge quelles que soient les difficultés de nos conditions d'exercice car c'est notre missio. Nous ne pouvons rester silencieux sans trahir le serment d'Hippocrate que nous avons fait un jour", concluent les 41 signataires. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess