Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Le plan Alerte enlèvement déclenché pour retrouver Mia, une fillette de 8 ans enlevée par trois hommes dans les Vosges
Dossier : Coronavirus Covid-19

Nouveaux cas, clusters, stratégie... : le point sur le variant britannique du coronavirus en France

-
Par , France Bleu

Les cas de contamination au variant britannique du Covid-19 se sont additionnés ces dernières heures en France. Plusieurs cas ont été détectés en Ile-de-France et en Centre-Val de Loire. En revanche, le variant repéré en Bretagne n'est pas la souche britannique d'après l'Agence régionale de santé.

Plusieurs cas du variant britannique ont été détectés en France [photo d'illustration].
Plusieurs cas du variant britannique ont été détectés en France [photo d'illustration]. © AFP - Turkish Ministry of Health / Hando / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency

Dix-neuf cas de contamination au variant britannique du coronavirus ont été détectés en France indiquait jeudi 7 décembre le ministère de la Santé. Cependant, depuis, des cas se sont ajoutés, tandis que d'autres se sont finalement révélés ne pas provenir de la souche britannique.

L'essentiel

  • Le variant détecté en Bretagne n'est pas le variant britannique
  • Un foyer de contamination a été identifié en Ile-de-France
  • De nouveaux cas ont été relevés en région Centre-Val de Loire
  • La France développe sa stratégie face à ce variant

Le variant identifié en Bretagne n'est pas le variant britannique

Une alerte a eu lieu au sein d'une unité de soins de longue durée du pôle gériatrique de Chantepie, près de Rennes, où neuf personnes ont été contaminées. Des analyses ont été réalisées par l'Institut Pasteur et la première contamination ne correspond pas au variant britannique du coronavirus, a annoncé vendredi 8 janvier l'Agence régionale de Santé (ARS) Bretagne.

Le variant détecté est en réalité déjà connu. "C'est un variant que nous avons déjà isolé au début de l'automne, en septembre ou octobre. On savait qu'il circulait plus ou moins," explique le docteur Cédric Arvieux, infectiologue au centre hospitalier de Rennes. Ce variant ne rend pas plus malade les patients qui sont infectés, selon les médecins.

"Concernant les sept résidents et l'autre professionnel qui présentaient également une forme variante du virus, les résultats du séquençage sont attendus d'ici le début de la semaine prochaine", précise l'ARS.

Un foyer de contamination au variant britannique détecté dans les Hauts-de-Seine 

Une animatrice travaillant dans deux établissements scolaires de Bagneux, dans les Hauts-de-Seine, a été testée positive au coronavirus et le variant britannique a été identifié, a annoncé la Direction générale de la Santé jeudi. Elle a été testée positive pendant les vacances de Noël mais n'avait pas voyagé à l'étranger, ni été en contact avec quelqu'un de retour d'Angleterre.

Il s'agit donc d'une transmission sur le territoire français, ce qui inquiète les autorités.

Des journées de dépistage sont organisées à Bagneux.

Un premier cas détecté dans le Loiret et un autre en Eure-et-Loir

Un premier cas de contamination au variant britannique a été relevé dans le Loiret indique l'Agence régionale de santé du Centre-Val de Loire. Il remonte à mi-décembre. Il s'agit d'une trentenaire qui rentrait d'un séjour en Angleterre. Elle n'a pas été hospitalisée ni développé une forme grave de la maladie.

Un autre cas a été détecté dans le département voisin de l'Eure-et-Loir. Les investigations sont en cours précise l'ARS.

C'est dans cette région du Centre-Val de Loire que le premier cas a été identifié en France, au CHU de Tours, fin décembre. D'autres cas ont ensuite été révélés, notamment parmi le staff et les joueurs du club de rugby l'Aviron bayonnais.

La stratégie de la France face à ce variant

Pour faire face à ce variant britannique, le gouvernement entend multiplier les analyses. Ainsi les "tests PCR douteux" des journées de jeudi et vendredi vont être étudiés par les laboratoires et les centres de recherche, grâce à la technique dite du séquençage, pour détecter ce variant anglais, a indiqué le ministre de la Santé. Olivier Véran qui a aussi précisé qu'il y aurait "une surveillance accrue" dans les écoles puisque d'après les scientifiques anglais, ce variant est bien plus contagieux, notamment chez les enfants. Enfin, la France va limiter ses échanges avec le Royaume-Uni.

Une enquête nationale a aussi été lancée afin de "faire une première cartographie" de la diffusion du variant, a expliqué Bruno Coignard, de l'agence sanitaire Santé publique France. Elle va porter sur "tous les tests positifs" au Covid-19 des deux dernières journées, jeudi et vendredi.

Par ailleurs, le laboratoire BioNTech a annoncé que son vaccin est efficace contre une mutation de cette variante britannique ainsi que celle détectée en Afrique du Sud.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess