Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Nucléaire - fermer la centrale du Blayais serait une catastrophe économique pour la Gironde

-
Par , France Bleu Gironde
Braud-et-Saint-Louis, France

Le maire de la petite commune de Braud et Saint Louis, la plus proche de la centrale nucléaire du Blayais en Gironde estime que la fermeture des centrales les plus anciennes demandée par les associations écologistes serait une catastrophe économique et énergétique pour notre département.

La centrale nucléaire du Blayais.
La centrale nucléaire du Blayais. © Radio France

France Bleu Gironde : La centrale est-elle dangereuse selon vous pour vos administrés ?

Jean-Michel Rigal : "Elle n’est pas plus dangereuse que ne le sont les autres centrales sur notre territoire ! Il y a 56 réacteurs sur 19 sites, et la centrale du blayais a un suivi très sérieux de la part d’EDF, encadré par l’autorité de sûreté nucléaire. Je pense qu’ils répondent au cahier des charges qui leur a été donné après l’accident de Fukushima et les enseignements de cette catastrophe ont été mis en application tout particulièrement à Braud-et-Saint-Louis.

Quel est le poids économique de la centrale pour votre commune ?

Elle fait vivre Braud-et-Saint-Louis mais son influence se fait sentir dans tout le département. Ce sont 60 millions d’euros qui sont reversés au département. La centrale représente aussi des retombées économiques énormes pour tout le secteur et c’est enfin une réponse à un besoin électrique important pour lequel pour le moment nous n’avons pas d’autre réponse.

Quand vous entendez le président de l’ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire ) dire que la France n’est pas prête à gérer une catastrophe nucléaire importante, cela vous inquiète?

C’est vrai que la distribution des pastilles d’iode dans un rayon de 10 km par exemple est insuffisante… après, le département est doté de stocks de façon à répondre à une distribution plus importante si jamais nous avions besoin.

Vos administrés eux sont-ils inquiets à cause de la centrale ?

Non, il est très rare que je sois interpellé par la population sur des inquiétudes autour de la centrale. A une certaine époque même, on s’était promenés avec les médecins de la CLIN ( la commission locale d’information sur le nucléaire ) dans le village et on était allés dans les familles qui vivent avec la centrale, et nous n’avions pas constaté d’inquiétudes particulières.

Jean Michel Rigal, le maire de Braud et Saint Louis

Les centrales en France et l'âge des réacteurs
Les centrales en France et l'âge des réacteurs - Visactu 2016
Choix de la station

À venir dansDanssecondess