Santé – Sciences

A Oberbruck, le centre de télémédecine toujours pas validé par l'ARS

Par Patrick Genthon et Sophie Cambra, France Bleu Alsace jeudi 22 septembre 2016 à 6:31

Une consultation à distance avec un médecin : le patient peut dialoguer avec lui et, via la caméra, le médecin peut zoomer sur une partie du corps
Une consultation à distance avec un médecin : le patient peut dialoguer avec lui et, via la caméra, le médecin peut zoomer sur une partie du corps © Radio France - Patrick Genthon

Alors que le centre de télémédecine était inauguré ce mercredi à Oberbruck dans la vallée de Masevaux, dans les faits, seuls certains patients du village y auront accès.

Il y a quelques semaines, France Bleu Alsace, vous faisez découvrir cette première nationale initiée par l’Asame, l’association de soins de la région de Mulhouse. Le centre de télémédicine de la Vallée de Masevaux était présentée comme une solution aux déserts médicaux. Grâce à un ordinateur et une connexion internet, les 400 habitants du village n'auraient plus à parcourir des kilomètres pour consulter un médecin.

Des lourdeurs administratives

Si tout le monde applaudit, les lourdeurs qui encadrent cette pratique n’on pas encore été levée. "La télémédecine est très encadrée au niveau ministériel [...] le cahier des charges concerne les patients en ALD (affection de longue durée)" explique Marie-Pierre Colin, vice-présidente de la fédération nationale des centres de santé. La responsable de l’Agence Régionale de Santé (ARS) qui participait ce mercredi à l’inauguration du centre semblait un peu embarrassée. Elle confirme que le dispositif de télémédecine avec un généraliste n’est pas illégal mais n’a pas encore été validé. En haut lieu, on semble séduit en tout cas. Selon la sénatrice socialiste Patricia Schillinger, la ministre de la santé aurait promis une visite à Oberbruck.

Communiqué de presse de la fédération nationale des centres de santé - Radio France
Communiqué de presse de la fédération nationale des centres de santé © Radio France - FNCS

Partager sur :