Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : neuf départements en vigilance rouge, 53 en orange

Pénurie de dermatologues en Moselle : "on a perdu la moitié des médecins de Metz depuis une dizaine d'années"

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

En Moselle, pour obtenir un rendez-vous chez un dermatologue quand on n'est pas déjà patient chez un praticien, c'est quasiment mission impossible. Les médecins refusent les nouveaux patients, ou proposent des délais d'un an minimum. C'est ce que révèle le groupe Guide Santé.

Il est de plus en plus difficile d'obtenir un rendez-vous avec un dermatologue en Moselle
Il est de plus en plus difficile d'obtenir un rendez-vous avec un dermatologue en Moselle © Maxppp - David ADEMAS

Votre mission si vous l'acceptez ? Obtenir un premier rendez-vous chez un dermatologue en Moselle. Autant vous dire que c'est quasiment impossible : sur les 31 praticiens conventionnés en secteur 1 dans le département, aucun n'accepte de nouveau patient, ou alors les délais sont supérieurs à un an. C'est ce que révèle le groupe Guide Santé, qui vient d'éditer une carte interactive de France, département par département et ville par ville.

Les facultés du sud ou parisiennes sont en général mieux classées."

Selon Catherine Raimbault-Gérard, référente en Moselle du syndicat nationale des dermatologues et vénérologues, "c'est multifactoriel. Il y a une diminution depuis quelques années de médecins formés, avec la réduction du numerus clausus. De plus, pour être spécialiste en dermatologie, il faut être bien classé à l'internat national. Or, les facultés du sud ou parisiennes sont en général mieux classées."

Il y a une demande importante des patients, qui ont pris l'habitude d'avoir un certain confort."

De plus, en Moselle, "il y a une demande importante des patients, qui ont pris l'habitude d'avoir un certain confort. C'est vrai qu'on était nombreux, mais il n'y a pas beaucoup d'installations de jeunes dermatos. A Metz, par exemple, il n'y a pas eu de nouvelle installation depuis une vingtaine d'années.

Peut-être faudrait-il plus d'attractivité pour notre région ?"

Elle craint que le département ne devienne un désert médical, et essaye d'encourager ses étudiants à venir s'installer. "Mais je n'ai pas beaucoup de succès, concède-t-elle. Peut-être faudrait-il plus d'attractivité pour notre région ?" Selon la dermatologue, il faudrait aussi augmenter le nombre d'internes formés.

Pour les examens des tumeurs cutanées, des grains de beauté, on reste en première ligne."

En attendant, si vous devez consulter en urgence, "il y a les services de dermatologie dans les hôpitaux, il y a Nancy, où les délais sont moins longs, ou aller chez son médecin traitant, puisque normalement, il faut commencer par ça dans le parcours de soin." Cela dit, les dermatos "gardent vraiment leur spécificité pour les examens des tumeurs cutanées, des grains de beauté, on reste en première ligne.

Catherine Raimbault-Gérard, invitée de France Bleu Lorraine

Choix de la station

À venir dansDanssecondess