Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Octobre rose 2020 : faites vous dépister du cancer du sein à Montpellier, malgré le coronavirus

-
Par , France Bleu Hérault

L'Institut du Cancer de Montpellier dans l'Hérault observe une baisse du nombre de dépistages depuis le début du coronavirus. Octobre rose, lancé ce jeudi 1er octobre 2020 est l'occasion de rappeler aux femmes qu'il est toujours vital de se faire dépister régulièrement.

Ce n'est pas parce qu'il y a le coronavirus, qu'il ne faut pas se faire dépister. C'est le message martelé en ce mois d'octobre rose lancé le jeudi 1er octobre 2020 à Montpellier, dans l'Hérault. Cette opération nationale a pour but de sensibiliser au dépistage du cancer du sein et de récolter des fonds pour la recherche contre cette maladie. Une piqûre de rappel d'autant plus nécessaire cette année : les femmes sont moins allées se faire dépister à cause du coronavirus

Une baisse du nombre de dépistages à cause du coronavirus 

Depuis le début de l'épidémie, de nombreuses femmes ont reporté leur rendez-vous, les rappels par courrier n'ont pas été envoyés, et depuis certaines ont peur de se rendre dans les milieux médicaux. Au premier semestre 2020, l'ICM (Institut du Cancer de Montpellier) observe une baisse du nombre de dépistages à cause du coronavirus.  

L'ICM rappelle qu'il n'y a aucun risque d'attraper le coronavirus en se faisant dépister. Tous les gestes barrière sont mis en place. 

Quels risques, quand on reporte son dépistage ? 

"Cela a des conséquences importantes puisque les tumeurs ne sont découvertes qu'à un stade où elles sont palpables, donc elles sont forcément plus graves et nécessitent des traitements plus lourds," explique Nelly Firmin, oncologue. L'ICM prévoit déjà une hausse du taux de mortalité cette année, à cause de la baisse du nombre de dépistages. Déjà, le taux de "cas critiques" diagnostiqués, nécessitant une chimiothérapie a augmenté de 30% cet été : il est passé de 20% à 50 %, puisque les tumeurs sont détectées plus tard.   

Notre reportage à l'IMC

"Je ne me suis pas faite dépister à 50 ans, je regrette. Il faut le faire"

Au dessus de 50 ans, il est recommandé aux femmes de se faire dépister tous les deux ans. En dessous de 50 ans, il est recommandé de se faire palper les seins chez le gynécologue chaque année. Dans l'Hérault en 2018-2019, le taux de participation au dépistage était de 48.3%, c'est un point de moins que la moyenne nationale.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess