Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Octobre rose à Nancy : "le dépistage organisé est une chance"

mardi 2 octobre 2018 à 13:56 Par Isabelle Baudriller, France Bleu Sud Lorraine

Elles seront plusieurs milliers dimanche 7 octobre à prendre le départ de la course Octobre rose dans le Grand Nancy. Des femmes mobilisées autour du dépistage du cancer du sein.

Plusieurs milliers de femmes attendues dimanche 7 octobre au stade Raymond Petit à Tomblaine pour la course Octobre rose
Plusieurs milliers de femmes attendues dimanche 7 octobre au stade Raymond Petit à Tomblaine pour la course Octobre rose © Radio France - Isabelle Baudriller

Un millier de ballons lâchés dans le ciel. Des coureuses et des marcheuses vêtues de rose sur les bords de la Meurthe. La course Octobre rose s'élance dimanche 7 octobre du stade Raymond Petit à Tomblaine, dans le Grand Nancy. Une boucle de 5 km, 100% féminine. Sur les 11€ d'inscription, 5€ seront reversés au comité 54 de la Ligue contre le cancer pour l'acquisition de matériel spécifique au traitement du cancer du sein. 

L'an dernier, plus de 6 000 femmes avaient pris le départ. Cette année, l'organisateur Pascal Thiébaut, de Nancy Athlétisme Métropole, espère atteindre 7 000 inscriptions. "C'est une course à part, on pense toujours à des gens en particulier. Cette épreuve me tient vraiment à cœur parce qu'on a l'impression de temps en temps d'être une belle personne. C'est pour une bonne cause, ça fait du bien."

La course Octobre rose est le point d'orgue d'un mois entier de mobilisation. Le message ? S'il est détecté à un stade précoce, le cancer du sein peut être guéri dans 9 cas sur 10. A partir de 50 ans, toutes les femmes reçoivent tous les deux ans une invitation pour un dépistage organisé, une mammographie entièrement prise en charge par la Sécurité sociale. 

Des traitements moins lourds

"C'est une maladie très fréquente qu'on ne sait pas éviter", rappelle Anne Lesur, médecin responsable du "Parcours Sein" à l'Institut de cancérologie de Lorraine (ICL) qui accompagne plus de 1 100 patientes chaque année. "Plus on la dépiste tôt, mieux elle se guérit et surtout avec une désescalade thérapeutique, c'est-à-dire avec des traitements moins lourds, plus personnalisés. Moi, depuis 20 ans, je sais qu'une petite tumeur devient une grosse tumeur si on ne s'en occupe pas."

Alors ? Alors ne pas ignorer l'invitation du dépistage, selon Céline Després-Dontenwill, vice-présidente de l'association Symphonie qui accompagne les femmes atteintes d'un cancer du sein. Elle même arrive au terme de son traitement après avoir été dépistée à l'âge de 40 ans. "C'est une vraie opportunité qu'il faut saisir. Ce n'est pas une punition, c'est une chance", insiste-t-elle. "Nous sommes dans un pays qui organise un dépistage, c'est rare."

Si des femmes ont des craintes ou pensent que ce n'est pas utile pour elles, qu'elles pensent à leur maris, leurs enfants, leurs amis. La crainte n'évitera pas, dans tous les cas, la maladie" - Céline Després-Dontenwill, vice-présidente de Symphonie

Avec 12 000 morts par an, le cancer du sein est la première cause de décès par cancer des femmes. 57 000 nouveaux cas sont décelés chaque année en France.