Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Octobre Rose : les Creusois n'ont pas le réflexe du dépistage

vendredi 5 octobre 2018 à 11:13 Par Simon De Faucompret, France Bleu Creuse

Le dépistage des cancer du sein et du colon n'ont pas de succès en Creuse : par exemple, moins de la moitié des femmes âgées de plus de 50 ans font les examens pour le cancer du sein. À l'occasion d'Octobre Rose, l'hôpital de Bourganeuf a organisé un après-midi de sensibilisation.

L'opération de sensibilisation du médecin Lisiane Bugeon s'est déroulée devant un public attentif.
L'opération de sensibilisation du médecin Lisiane Bugeon s'est déroulée devant un public attentif. © Radio France - Simon de Faucompret

Bourganeuf, France

Lisiane Bugeon est une habituée des rencontres de sensibilisation : elle est médecin pour l'association de dépistage des cancers en Creuse, l'ADOC 23. Entourée de patients et de membres de la Ligue contre le Cancer, elle a investi une salle du centre hospitalier de Bourganeuf le temps d'un après-midi, à l'occasion d'Octobre Rose. L'objectif : répondre aux questions sur le dépistage

Les examens sont méconnus et trop peu utilisés

Un sujet encore trop méconnu des Creusois selon elle : "Les indicateurs de santé publique du département sont mauvais", regrette-t-elle. "D'abord, on a un taux de cancer élevé, plus que dans d'autre départements." Le taux de mortalité due au cancer est d'environ 0,25% en Creuse : c'est le deuxième pire de toute la région Nouvelle-Aquitaine, derrière la Charente-Maritime.

"Au niveau du dépistage, on a un taux de participation très insuffisant." Lisiane Bugeon

L'une des causes de ce chiffre est le manque de succès du dépistage, selon le médecin. "Les Creusoises se font dépister à un peu moins de 50% pour le cancer du sein", révèle-t-elle. "C'est trop peu ! Et pour le cancer colorectal, c'est pire. On est entre 30 et 35%."

Passer le message à la jeunesse

Ce qu'elle ne savait pas, c'est qu'elle va pouvoir transmettre le message à un public plus fourni que d'habitude : une trentaine d'élèves de terminale prend part à l'opération de prévention. Ils viennent du lycée professionnel de Bourganeuf, et suivent un parcours en soins et services à la personne. 

Pour les cancer du sein et du colon, il faut attendre 50 ans avant de se faire dépister : a priori, ces jeunes ne sont pas directement concernés. Mais Lisiane Bugeon voit les choses autrement. "Le dépistage, c'est une bonne habitude à prendre, donc c'est bien de parler un petit peu aux jeunes", juge-t-elle. "Ces lycéens ont des parents, des grands-parents. Ils peuvent être un excellent relais pour faire passer le message auprès de la population de 50 à 75 ans."

"On ne connaît pas grand-chose sur le sujet."

Le jeune public est très attentif pendant la demi-heure de démonstration. Héloïse, par exemple, note tout ce que dit le médecin sur sa feuille. "C'est vrai qu'on ne connaît pas grand-chose sur le sujet. De savoir comment ça apparaît, les symptômes, comment traiter la maladie ... C'est intéressant", confie-t-elle.

Certains d'entre eux, comme Jérémy, ont été marqués par cette intervention. Et notamment pas les images d'évolution d'un cancer année par année. "Voir ces images et les évolutions, c'est ... spécial", avoue-t-il. "Ça fait quelque chose. On ne se rend pas bien compte, mais ça donne envie de se faire dépister."