Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Octobre rose : "Une opération de marketing qui a perdu son sens" selon la ligue contre le cancer dans la Marne

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

L’épidémie de Covid-19 fait de l’ombre à Octobre rose cette année. La campagne de sensibilisation au dépistage du cancer du sein est perturbée à cause de la crise sanitaire. Romain Pierlot, chargé de prévention à la Ligue contre le cancer dans la Marne était l’invité de France Bleu ce jeudi.

Formation à l'auto-palpation pour détecter le cancer du sein. Opération de la ligue contre le cancer devant la gare de Colmar, le 1er octobre 2020.
Formation à l'auto-palpation pour détecter le cancer du sein. Opération de la ligue contre le cancer devant la gare de Colmar, le 1er octobre 2020. © Radio France - Hervé KIELWASSER

Chaque année, 58 000 nouvelles femmes sont atteintes du cancer du sein en France. Une femme sur huit sera concernée par cette maladie au cours de sa vie. Le cancer du sein est la première cause de décès par cancer chez les femmes. Chaque année, Octobre rose est l'occasion de le rappeler et d'inciter les femmes à se faire dépister mais en pleine épidémie de Covid-19, il est très difficile de faire de la prévention.

De nombreuses actions ou événements publics prévus par la campagne de sensibilisation au dépistage du cancer du sein sont annulés. "Maintenant, on a la chance d’avoir des partenaires qui nous aide à faire de la communication. Je pense aux panneaux publicitaires offerts par la ville de Reims. Il y a aussi le réseau de transport Citura qui nous fait une campagne d’affichage sur trois semaines dans les bus. Mais c’est compliqué sur le terrain parce que les gens ont quand même besoin de parler avec nous", dit Romain Pierlot, chargé de prévention à la Ligue contre le cancer dans la Marne, invité de France Bleu Champagne Ardenne ce jeudi 8 octobre.

le sens premier d’Octobre rose est de promouvoir le dépistage du cancer du sein

Certains médecins redoutent que l’épidémie de coronavirus engendre des retards de dépistage. Ils ont peur que la Covid-19 fasse "oublier" le cancer du sein. "Cela nous préoccupe aussi parce que nous sommes au contact direct des malades. On finance des ateliers qui vont les aider pendant leur traitement et aujourd’hui nous sommes dans l’incapacité de les recevoir puisque les personnes sont à risque. C’est difficile pour elles", explique Romain Pierlot.

A cela, il faut rajouter les retards et annulations accumulées pendant le confinement sur les suivis de cancers. Et puis les malades n’osent plus trop se déplacer

Enfin, Romain Pierlot avance une autre explication. "La dernière raison, c’est aussi qu’Octobre rose a pris ces dernières années un côté très campagne de promotion mais on a oublié le sens premier d’Octobre rose qui est de promouvoir le dépistage du cancer du sein. C’est devenu une belle opération de marketing, une belle opération de rose, de vente de produits mais on a perdu le sens. Donc peut-être que là, avec moins événements on retrouvera le sens premier d’Octobre rose qui est réellement de promouvoir le dépistage chez les personnes de 50 à 75 ans", estime le chargé de prévention à la Ligue contre le cancer dans la Marne.

Réécoutez l'interview de Romain Pierlot sur France Bleu Champagne Ardenne

Choix de la station

À venir dansDanssecondess