Infos

Une opération en direct à la 18e édition des assises d'ORL de Nice

Par Laurent Vareille, France Bleu Azur jeudi 28 janvier 2016 à 17:48

- Isabelle Battarel

La 18e édition des assises d'ORL, qui se déroulent en ce moment à Nice, propose aux professionnels une formation continue de pointe. La preuve avec une opération interactive, filmée et commentée en direct par le chirurgien.

"Ce sont forcément des chirurgiens expérimentés qui opèrent devant les caméras et qui répondent en direct aux questions de nos collègues assis à quelques kilomètres de là, dans le grand auditorium de Nice-Acropolis". La précision du professeur José Santini, responsable de l'Institut Universitaire de la Face et du Cou est importante.

L'exercice est en effet complexe. Opérer un vrai patient devant une caméra qui retransmet en direct les images avec les commentaires du praticien, n'est pas permis à tous les conférenciers. Mais ce n'est pas tout, car le docteur répond également aux questions posés par ses confrères via un haut-parleur.

Une formation continue

Les 1 600 spécialistes ORL invités pour ces assises sont en effet réunis au Palais des Expositions de Nice-Acropolis et suivent ainsi une formation continue. "Nous organisons bien sûr des conférences, des tables rondes durant ces trois jours mais rien ne remplace cette expérience interactive", nous certifie José Santini.

"C'est le plus des assises. La possibilité d'avoir accès directement au chirurgien au moment même où il exerce ! C'est pour ce type d'innovation que nous sommes le premier congrès de ce genre en France et que chaque année prés de 2 000 professionnels de santé reviennent sur la Côte d'Azur."

Reportage à l'Institut Universitaire de la Face et du Cou

Micro-casque vissé sur la tête

Dans le bloc opératoire, le patient est allongé. Il souffre d'une tumeur cancéreuse au cou. Entouré d'infirmiers, de moniteurs de contrôle et d'écran de télévision, il est entre les mains du chirurgien. Ce dernier, micro-casque vissé sur la tête, triture la plaie et montre aux caméras les différents aspects de la tumeur. Il doit l'enlever.

Le praticien explique les difficultés qu'il rencontre : proximité des nerfs reliés à la langue, lésion assez dure, exiguïté, etc. L'opération va durer de longues minutes, suivie par plus de 1 000 professionnels qui auront soit regardé, soit posé de nombreuses questions parfois très précises. Le patient regagnera sa chambre et pourra même sortir de l'hôpital dans la journée. En effet, un tiers des opérations de la face et du cou se font désormais en ambulatoire.

Partager sur :