Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Opéré à Strasbourg, le troisième patient greffé d'un coeur artificiel est mort

mardi 22 décembre 2015 à 19:13 Par Céline Rousseau, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

Le troisième greffé du cœur artificiel Carmat est mort. On l'a appris ce mardi dans un communiqué. L'homme avait été opéré à Strasbourg en avril. Il est décédé d'un arrêt respiratoire vendredi dernier. La prothèse n'est pas impliquée dans son décès, a précisé la société.

Le coeur artificiel Carmat en laboratoire
Le coeur artificiel Carmat en laboratoire © Maxppp

Strasbourg, France

Cet homme de 74 ans était rentré à son domicile près de Strasbourg fin août. Il avait été greffé du cœur artificiel Carmat le 8 avril 2015 par l'équipe de chirurgie cardiaque des Hôpitaux universitaires de Strasbourg.

Le patient souffrait d'une combinaison de pathologies. D'ailleurs depuis son retour chez lui, il faisait des visites régulières de suivi à l'hôpital. Ces dernières semaines, il a dû y séjourner à cause d'une "insuffisance rénale très sévère", a précisé le président de la société française, Jean-Claude Cadudal. Il a fait part de la "compassion" de l'entreprise pour ses proches.

La prothèse n'est pas en cause

C'est le troisième patient greffé avec le cœur bioprothétique de Carmat qui décède. Le premier patient greffé en décembre 2013 était décédé 74 jours après l'opération menée à Paris, à l'âge de 76 ans. Le deuxième, âgé de 69 ans, était mort en mai dernier, neuf mois après avoir été greffé à Nantes. Ces deux premiers décès avaient été causés par une "micro-fuite de la zone sang vers le liquide d'actionnement de la prothèse", a analysé Carmat ces derniers mois.

En revanche la prothèse du troisième patient était en parfait état de marche et a fonctionné "jusqu'à la fin", précise Marcello Conviti, le directeur général de la société.

En dépit de ce décès, le planning des greffes va se poursuivre normalement.

Aucun(e)