Santé – Sciences

Ophtalmos débordés : vers des consultations spéciales lunettes à Limoges

Par Françoise Ravanne et Alexandre Chassignon, France Bleu Berry, France Bleu Creuse et France Bleu Limousin samedi 1 mars 2014 à 5:00 Mis à jour le lundi 3 mars 2014 à 5:00

Une consultation d'ophtalmologie (photo d'illustration).
Une consultation d'ophtalmologie (photo d'illustration). © Photo François Destoc / Le Télégramme / Maxppp

La clinique Chénieux ouvrira en 2015 une extension réservée aux prescriptions de lunettes. Son service ophtalmologie sature, avec des patients qui viennent des régions voisines du Limousin. Les consultations dédiées à la correction de la vue seront pour l'essentiel assurées par des orthoptistes, qui ne sont pas médecins.

Du Berry, du Périgord, et bien sûr de tout le Limousin : on vient de plus en plus loin pour un rendez-vous au service ophtalmologie de la clinique Chénieux. L'établissement enregistre 7.000 consultations par mois.

La pénurie de spécialistes et les besoins d'une population vieillisantes sont tels que ses dix ophtalmos, et parfois l'accueil de l'établissement, sont débordés.

Division des tâches

Ils ne seront pas plus nombreux dans le centre "vue lunettes" dont les travaux commenceront en avril. Mais ils ne seront plus en première ligne. Ce seront les orthoptistes qui accueilleront les patients et contrôleront leur vue .

Ensuite un ophtalmologiste verra chaque patient et contrôlera le blanc de l'oeil ou la tension, signes d'éventuelles maladies. C'est aussi lui qui signera la prescription : les orthoptistes n'ont pas le droit. Leurs études durent trois ans, contre plus de dix pour un ophtalmo.

La plupart des spécialistes se consacreront exclusivement au traitement, à l'opération et aux suivies des maladies des yeux.

Trois recrutements

La clinique Chénieux espère que ce dispositif raccourcira les délais . L'accueil de l'établissement est assailli chaque début de mois, quand les rendez-vous pour six mois plus tard sont ouverts.

Le nouveau service devrait pouvoir accueillir 2.000 consultations par mois à son ouverture en 2015. Pour y arriver, trois orthoptistes viendront alors s'ajouter aux sept qui exercent déjà.

"Séparer les contrôles pour les lunettes et la chirurgie"

Partager sur :