Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Orne : un rassemblement religieux provoque une flambée de cas de coronavirus

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu

Selon une information du journal Ouest-France, confirmée par France Bleu Normandie, plusieurs cas de Covid-19 ont été détectés à l'issue d'une retraite spirituelle, fin octobre, au sanctuaire de Montligeon (Orne), qui a réuni environ 200 personnes.

Le sanctuaire de Montligeon, au cœur du Perche
Le sanctuaire de Montligeon, au cœur du Perche © AFP - CORMON Francis / Hemis

C'est une affaire qui risque de faire couler beaucoup d'encre. L'information a été révélée par le journal Ouest-France : un rassemblement religieux dans l'Orne a provoqué une cascade de cas de coronavirus. Ça s'est passé à la fin du mois d'octobre lors d'un pèlerinage à La Chapelle-Montligeon. Un sanctuaire du Perche qui abrite notamment le centre mondial de prières pour les défunts. Un peu moins de 200 catholiques de l'Ouest de la France se sont réunis entre le 22 et le 25 octobre pour une retraite spirituelle, soit juste avant le reconfinement et alors que le département était en "zone de circulation active" du virus.

La communauté de l'Emmanuel, l'organisateur du pèlerinage, ainsi que le directeur du sanctuaire, assurent que les gestes barrières ont été respectés. Mais cela n'a pas empêché la diffusion du virus au sein du groupe de croyants. C'est à la toute fin du mois d'octobre, plusieurs jours après la fin du rassemblement, que les premiers cas positifs sont apparus. Combien de cas ont été détectés au total ? "Peut-être une dizaine, peut-être plus" glisse un responsable de la communauté de l'Emmanuel qui dit ne pas en savoir davantage "à ce stade".

La préfecture "pas informée" par les organisateurs

Masques, gel hydroalcoolique, distanciation physique, le directeur du sanctuaire qui a accueilli ce pèlerinage assure avoir fait respecter "scrupuleusement le protocole sanitaire édicté par la préfecture". Sauf que la préfecture de l'Orne n'était pas informée de la tenue de ce rassemblement. Mais pour le sanctuaire, citant dans un communiqué l’article 3 du décret du 10 juillet 2020 (prescrivant alors les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de Covid19), l’événement à l'époque ne "nécessitait pas de déclaration en préfecture".

A l'issue du rassemblement, les participants sont rentrés chez eux à Nantes, Rennes, Angers ou encore à Brest. Un éparpillement géographique qui pourrait entraîner une multiplication des cas contacts et, avec eux, le risque d'une diffusion plus importante encore du virus. Ce qui complique la tâche des autorités sanitaires pour éteindre ce foyer de contaminations. Les Caisses Primaires d'Assurance Maladie (CPAM) des départements concernés sont chargées d'assurer le traçage pour remonter jusqu'au patient zéro. Ni la CPAM du Calvados, ni celle de l'Orne ne sont concernées car aucun cas positif n'a été détecté en Normandie. De son côté, l'Agence Régionale de Santé de Normandie explique avoir pris connaissance de cette affaire "très récemment" et de "façon tardive". Elle est entrée en contact avec les organisateurs et mène l'enquête.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess