Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Ouverture d'un centre de balnéothérapie à l'hôpital de Châteauroux

lundi 2 octobre 2017 à 4:01 Par Adèle Bossard, France Bleu Berry

Un espace de balnéothérapie vient d'ouvrir à l'hôpital de Châteauroux (Indre), avec piscine, jacuzzi, couloir de marche... Il doit permettre d'accueillir des patients en rééducation, après une prothèse de hanche, pour récupérer après un AVC, pour soulager des malades de la sclérose en plaques...

Le bassin comprend un jacuzzi (au premier plan) et un couloir de marche (au fond) pour s'adapter aux besoins des patients.
Le bassin comprend un jacuzzi (au premier plan) et un couloir de marche (au fond) pour s'adapter aux besoins des patients. © Radio France - Adèle Bossard

Châteauroux, France

Depuis vendredi, certains patients en rééducation à l'hôpital de Châteauroux peuvent profiter d'un espace de balnéothérapie. Il vient d'ouvrir au sein du centre de soins de suite et de réadaptation. L'équipement est accessible sur prescription médicale, par exemple après une prothèse de hanche, de genou, d'épaule, pour récupérer de la mobilité après un AVC, ou pour soulager des malades de la sclérose en plaques.

La plupart des exercices se passent dans une piscine de 8 mètres par 4, où l'eau arrive à la poitrine. Mais le bassin est aussi équipé d'une partie jacuzzi, pour le réconfort après l'effort, et d'un couloir de marche ajustable, qui se met à la hauteur idéale pour faire travailler le patient. "Quand vous avez un gros traumatisme, comme un accident de moto ou de voiture, vous n'avez pas le droit de marcher en portant plus de 30% du poids de votre corps, explique Xavier Roy, médecin rééducateur à l'hôpital de Châteauroux. Or, c'est impossible de le faire entre des barres parallèles, alors que là on sait que quand on vous immerge en haut du sternum, vous portez 30% du poids, du corps, en bas du sternum 40% etc. Ça permet au patient une immersion et un appui très rapide. Il récupère beaucoup plus vite".

La balnéothérapie permet aux patients de faire des exercices qu'ils ne peuvent pas faire en dehors de l'eau. - Radio France
La balnéothérapie permet aux patients de faire des exercices qu'ils ne peuvent pas faire en dehors de l'eau. © Radio France - Adèle Bossard

A cela s'ajoute une eau plutôt chaude, entre 32 et 34°C, pour détendre les muscles. Marie-Berthe s'est cassé le fémur depuis un mois, cet espace balnéothérapie lui permet pour la première fois de reposer le pied au sol : "Ce que je fais dans l'eau, je ne le ferais pas à l 'extérieur ! explique-t-elle. Alors que là, ça ne se fait pas tout seul mais presque, parce que l'eau porte et enlève la douleur. Je fais aussi de la kiné classique mais je préfère vraiment la piscine, c'est agréable et on est plus efficace, je pense".

Ce mécanisme permet de faire passer des patients des patients directement de la position allongé à la position debout, dans l'eau, sans passer par la position assise. - Radio France
Ce mécanisme permet de faire passer des patients des patients directement de la position allongé à la position debout, dans l'eau, sans passer par la position assise. © Radio France - Adèle Bossard

Un tel ce centre de balnéothérapie reste rare dans un établissement public. A Châteauroux, il devrait permettre des économies de sécurité sociale : en réduisant la durée d'hospitalisation et en évitant de longs trajets médicalisés vers des centres plus éloignés.

Cet équipement a été construit avec le centre de soins de suites, ouvert en 2015, et qui a coûté en tout 17 millions d'euros.

Le jacuzzi pourra à terme également servir pour l'accompagnement à l'accouchement des femmes enceinte. L'espace balnéothérapie pourrait aussi, plus tard, être ouvert à des autistes ou pour des séances de pédopsychiatrie.