Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences

Paracétamol, aspirine et ibuprofène rangés derrière le comptoir des pharmacies de la Loire dès mercredi

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Pour lutter contre les mauvais usage et les cas de surdosage, paracétamol, ibuprofène et aspirine, vendus sans ordonnance, doivent désormais obligatoirement être rangés derrière le comptoir de la pharmacie à compter de ce mercredi 15 janvier.

À partir de ce mercredi 15 janvier, aspirine, ibuprofène et paracétamol, vendus sans ordonnance, ne sont plus en accès libre dans les pharmacies mais rangés derrière le comptoir
À partir de ce mercredi 15 janvier, aspirine, ibuprofène et paracétamol, vendus sans ordonnance, ne sont plus en accès libre dans les pharmacies mais rangés derrière le comptoir © Radio France - Olivia Cohen

Saint-Étienne, France

À partir de ce mercredi 15 janvier, aspirine, ibuprofène et paracétamol, vendus sans ordonnance, ne sont plus en accès libre dans les rayons des pharmacies mais rangés derrière le comptoir. Ainsi en a décidé l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) il y a un mois environ, le 17 décembre, pour limiter les cas de surdosage, dangereux pour la santé.

Quoique passés derrière le comptoir, tous ces médicaments restent en vente libre car ils sont dits d'"usage courant". Pris en quantité raisonnable, ils fonctionnent et ne sont pas toxiques.

"Il ne faut pas s'en gaver" - Clémence, 85 ans

Clémence, 85 ans, cliente de la pharmacie Carnot à Saint-Etienne, souffre d'arthrose. Elle a l'habitude de consommer du paracétamol pour soulager ses douleurs aux articulations. Elle a bien retenu les recommandations de son médecin : "Il ne faut pas s'en gaver ! J'en prends un le matin si je suis toute raide et si ça ne va pas mieux, j'en prends un dans l'après-midi, 6 heures après environ, comme me l'a prescrit le médecin."

Posologie validée par Joy, préparatrice en pharmacie : "C'est très bien car il ne faut pas dépasser 3 grammes par jour !" Il faut dire que certains clients sont parfois un peu gourmands, selon Coralie, autre préparatrice. Selon elle, mettre ces médicaments derrière le comptoir permettra de faire comprendre que leur prise n'est pas anodine : "Parfois, on a le cas du client qui achète 10 boîtes d'un coup, ils nous disent que c'est pour faire leur stock. Le fait que ça soit derrière le comptoir, ils se poseront plus de questions et se diront que ça peut être dangereux si on en prend trop !" 

"On a parfois le cas de gens qui achètent dix boîtes d'un coup et qui nous disent que c'est pour faire leur stock" - Coralie, préparatrice en pharmacie

Malgré tout, ces médicaments restent accessibles sans ordonnance, et c'est un problème selon Aurore, mère de famille et cliente de la pharmacie : "S'ils veulent se procurer absolument du paracétamol, ils pourront, pour moi, ça ne change rien !"

Quels médicaments concernés

Tous les médicaments contenant du paracétamol comme le Doliprane ou l'Efferalgan. Ce sont des antalgiques qui masquent la douleur mais ne traitent pas la cause de la douleur. Exemple, dans le cas d'une grippe : vous avez des courbatures et mal partout, vous prenez du paracétamol, vous avez moins mal mais ça ne soigne pas la grippe en tant que telle. 

Les doses à respecter : en général, il ne faut pas dépasser trois grammes par jour, c'est-à-dire 1 gramme toutes les 8 heures... Mais dans tous les cas, il faut respecter 4 heures minimum d’intervalle entre deux prises. En cas de surdosage, le paracétamol peut se révéler toxique et détruire le foie, un organe vital. 

Également passés derrière le comptoir, certains anti-inflammatoires non stéroïdiens, plus connus sous les noms d'ibuprofène et aspirine. En gros, quand votre gorge est rouge, chaude et douloureuse, vous prenez de l'ibuprofène pour calmer l'inflammation mais il ne faut pas en abuser car sinon vous empêchez vos défenses immunitaires de lutter conte la bactérie. 

Si l'inflammation ne passe pas au bout de 24/48 heures et qu'en plus vous avez de la fièvre, il faut impérativement consulter un médecin et ne pas poursuivre sans avis médical la prise d'ibuprofène. L'aspirine a, quant à elle, les mêmes effets que l'ibuprofène mais en plus costaud.

Mettre ces médicaments derrière le comptoir, c'est faire comprendre que leur prise n'est pas anodine... Reportage à la pharmacie de la place Carnot à Saint-Étienne - Autrice : Olivia Cohen

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu