Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Hôpital Georges-Pompidou : ouverture d'une enquête préliminaire après le suicide d'un médecin

mercredi 23 décembre 2015 à 22:45 - Mis à jour le mercredi 30 décembre 2015 à 19:27 Par Samuel Aslanoff, France Bleu Paris et France Bleu

Une enquête préliminaire pour harcèlement moral a été ouverte ce mercredi à l'hôpital Georges-Pompidou après le suicide d'un médecin, le 17 décembre dernier, sur son lieu de travail. Les investigations ont été confiées à la Brigade de répression de la délinquance.

Hôpital Européen Georges Pompidou est le dernier né des hôpitaux parisiens
Hôpital Européen Georges Pompidou est le dernier né des hôpitaux parisiens © Maxppp - C AM

Paris, France

Son suicide a créé un émoi considérable à l'hôpital Georges Pompidou. Le 17 décembre dernier, le professeur Jean-Louis Megnien s'est donné la mort en se jetant par la fenêtre du 7e étage de l'hôpital. Ce cardiologue de 54 ans, père de cinq enfants, venait de reprendre son travail "après une longue interruption" expliquait l'AP-HP dans un communiqué juste après le drame. Une "longue interruption" liée selon les proches du médecin à un harcèlement dont il aurait été victime de la part de sa hiérarchie. On apprend ce mercredi que le Parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire  pour harcèlement moral. La veuve du cardiologue a porté plainte et été entendue mardi par les enquêteurs, indique l'AFP.

Un chef de service à Martin Hirsch : " vous aurez sans doute des comptes à rendre"

Un chef de service de psychiatrie à l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris va plus loin. Dans un courrier rendu public ce mercredi, le professeur Bernard Granger exprime son émotion et sa colère. Il estime que le directeur général de l'AP-HP  aura "sans doute" à "rendre des comptes" lui aussi, après le drame. Dans une lettre adressée à Martin Hirsch,  le Pr Granger écrit que "la complexité d'un acte suicidaire sur le lieu de travail" ne doit pas être "un prétexte pour occulter la façon dont ce collègue a été objectivement maltraité".

Le Pr Granger fait notamment état d'un mail envoyé par un collègue du cardiologue il y a plus d'un an et resté sans réponse, selon lui, mettant en garde contre le "risque suicidaire" de ce médecin, qui s'est jeté par la fenêtre de l'hôpital.  Affirmant que la maltraitance venait "de ses pairs et de l'administration", et notamment de la directrice de Pompidou, le professeur Bernard Granger ajoute à l'adresse de Martin Hirsch: "Ces médecins et vos subordonnés auront des comptes à rendre. Vous aussi sans doute."

Une commission nommée pour mettre à plat les sujets conflictuels à Pompidou

Dans une lettre adressée ce mercredi au personnel, Martin Hirsch rappelle qu'une enquête de police est en cours. Il précise que la commission d'analyses des suicides est également saisie mais surtout le directeur général de l'AP-HP annonce qu'une commission, composée de trois personnalités extérieures à l'hôpital,  est nommée pour procéder "à une mise à plat des sujets conflictuels dans l'établissement, des problématiques mal résolues, de tous les éléments de contexte d'un hôpital qui a connu plusieurs crises au cours des dernières années". Le directeur précise que leur mission se déroulera en janvier et février.