Santé – Sciences

A partir de lundi, les urgences de l'hôpital de Montbard fermeront leurs portes la nuit

Par Marion Bastit, France Bleu Bourgogne et France Bleu mercredi 28 octobre 2015 à 22:21

A Montbard, les urgences 24h/24 vivent leurs derniers jours.
A Montbard, les urgences 24h/24 vivent leurs derniers jours. © Radio France - Marion Bastit

A Montbard, c'est la fin des urgences 24h/24. A partir de lundi, le service fermera ses portes de 20 h à 8h, et le véhicule d'urgence restera au garage. Les habitants devront donc faire au moins 20 kilomètres pour aller aux urgences les plus proches à Semur-en-Auxois.

Les urgences de Montbard ne fonctionneront plus 24h/24. A partir de lundi 2 novembre, le service sera fermé la nuit, de 20 h à 8 h. Quant au véhicule du Smur (service mobile d'urgence et de réanimation), il ne se déplacera plus du tout, ni le jour, ni la nuit. Bernard Roualt, le directeur du centre hospitalier de la Haute Côte-d'Or, explique qu'il n'a pas eu le choix. Lundi prochain, l'interne en médecine quitte le service, et aucun étudiant n'a postulé pour le remplacer.

L'hôpital se retrouve donc avec un seul médecin urgentiste pour faire tourner les urgences des deux pôles de l'hôpital, Montbard et Châtillon-sur-Seine. Le directeur a donc choisi de fermer les urgences de Montbard la nuit. En effet, elles accueillent une quinzaine de patients par jour en moyenne, un chiffre en baisse de 10 % cette année. Tandis qu'à Châtillon, on compte environ 35 admissions aux urgences par jour, un chiffre en hausse de 12 % cette année.

"Au-delà de huit minutes, c'est la mort !"

La nuit, les habitants de Montbard et des environs devront donc faire une vingtaine de kilomètres pour se rendre aux urgences les plus proches, celles de Semur-en-Auxois, ou une trentaine de kilomètres pour aller jusqu'à Châtillon. S'ils ne peuvent pas se déplacer, c'est le Smur de l'un de ces hôpitaux qui viendra les chercher. Dans tous les cas, il y en a pour au moins quinze minutes.

En cas d'arrêt cardiaque, c'est beaucoup trop. « Si on attend plus de huit minutes l'arrivée du Smur, on a 100 % de chances d'être mort ! » martèle Jean-Pierre Rifler, conseiller municipal. Et ce, malgré les défibrillateurs, que Montbard avait été la première ville de France à installer en 2005. En dix ans, ils sont permis de sauver une quinzaine de vies. « A partir de lundi, ces gens-là seront morts ! »

Moins d'urgences vitales aujourd'hui

Pierre Verdreau est l'un des cinq généralistes installés dans la toute nouvelle maison de santé de Montbard, ouverte le 15 septembre dernier. Il estime qu'il ne faut pas dramatiser. « En vingt ans, le nombre d'infarctus a été divisé par dix ou vingt, le nombre d'accidents de voiture à été divisé par vingt ou cinquante... Le schéma des urgences vitales n'est plus du tout le même que dans les années 60-70, où on installait des urgences et des Smur sur tout le territoire français. »

Un appel à la mobilisation est en ligne sur le site leboncoin.fr - Aucun(e)
Un appel à la mobilisation est en ligne sur le site leboncoin.fr - Capture d'écran sur le site leboncoin.fr

Reste que si toutes les urgences nocturnes, petites ou grandes, se retrouvent à l'hôpital de Semur, ça risque de poser quelques problèmes. « Le risque, c'est que les urgences de Semur-en-Auxois connaissent une véritable embolie, craint Laurence Porte, la maire de Montbard. Ça veut dire qu'à terme, j'imagine aussi qu'il faudra rouvrir une ligne d'urgence à Semur pour faire face à un afflux de patients. »

Manque de concertation locale

Laurence Porte a appris la nouvelle mardi matin, par un simple coup de téléphone du président du conseil de surveillance de l'hôpital. Elle regrette de ne pas avoir été consultée, alors même qu'elle fait partie de ce conseil de surveillance. _« A l'heure où on nous rebat les oreilles de démocratie, de transparence, de dialogue, de concertation, on est systématiquement mis devant le fait accompli. D'où ce questionnement sur la place réelle des élus au sein d'une véritable gouvernance territoriale en matière de santé. »

_Une mobilisation contre cette fermeture est prévue lundi soir devant l'hôpital de Montbard, entre 18 h et 20 h. Vêtus de noir, les manifestants vont se relayer pour effectuer un massage cardiaque à un mannequin, avant de cesser les secours symboliquement à 20 h pile,  l'heure de fermeture des urgences.

► Plus d'urgences la nuit, c'est dangereux ? Témoignez sur Facebook et Twitter et ce jeudi dès 7 heures au 03 80 42 15 15.