Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À partir du 1er octobre, jusqu'à 150 euros d'amende si vous "vapotez" dans les transports en commun ou au travail

-
Par , France Bleu

Un décret précisant les conditions d'interdiction de la cigarette électronique dans certains lieux publics a été publié jeudi au Journal officiel. Il prévoit jusqu'à 150 euros d'amende pour le "vapotage" à l'école, dans les transports collectifs et certains lieux de travail à partir du 1er octobre.

Si vous travaillez en "open space" et que vous "vapotez" à voter bureau, vous risquez jusqu'à 150 euros d'amende.
Si vous travaillez en "open space" et que vous "vapotez" à voter bureau, vous risquez jusqu'à 150 euros d'amende. © Maxppp - Fred Haslin

"Vapoter" dans certains lieux publics sera passible d'une amende à partir du 1er octobre 2017. C'est ce que prévoit le décret publié jeudi au Journal officiel, relatif aux conditions d'application de l'interdiction de "vapoter" dans les établissements scolaires et les établissements destinés à accueillir ou héberger des mineurs, les transports en commun fermés ainsi que sur les lieux de travail aménagés en "open space".

"Il est tout à fait normal de ne pas réintroduire la cigarette électronique dans des lieux collectifs où on ne pouvait pas fumer, parce que cela réintroduit l'acte de fumer", a estimé jeudi sur franceinfo la tabacologue Béatrice Le Maître. "Ce n'est pas une question de dangerosité" de la cigarette électronique, car il "n'y a pas de vapotage passif", mais la question est "de ne pas renormaliser le fait de fumer", a-t-elle expliqué.

Signalisation apparente de l'interdiction

L'interdiction d'utiliser la cigarette électronique dans ces lieux était déjà prévue par la loi Santé de janvier 2016, mais les sanctions encourues en cas de non-respect de cette interdiction et leur'entrée en vigueur n'avaient pas été déterminées jusqu'ici.

À partir du 1er octobre, un "vapoteur" bravant l'interdiction risque une amende forfaitaire de 35 euros (contravention de deuxième classe) et pouvant atteindre jusqu'à 150 euros. Le décret précise que dans les lieux concernés, l'interdiction de "vapoter" devra être signalée de façon apparente. Sans quoi, les responsable des lieux encourront une amende de 68 euros au taux normal, et de 350 euros maximum.

© Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess