Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Virus de Créteil" : "pas d'inquiétude", rassure le Professeur Pawlotsky de l'hôpital Mondor à Créteil

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Le "Cristoli virus", qui se caractérise par une inflammation du cerveau, ne circule a priori pas en France, affirme le Professeur Pawlotsky, qui a découvert ce virus avec son équipe à l'hôpital Mondor (Créteil). Il revient aussi sur la recherche d'un vaccin contre le Covid. Il faudra attendre 2021.

Le "virus de Créteil" a été découvert par les équipes de l'hôpital Henri-Mondor (Val-de-Marne). Le Professeur Pawlotsky rassure sur ce virus, qui compte pour l'heure un seul cas clinique en France.
Le "virus de Créteil" a été découvert par les équipes de l'hôpital Henri-Mondor (Val-de-Marne). Le Professeur Pawlotsky rassure sur ce virus, qui compte pour l'heure un seul cas clinique en France. © Radio France - Alexandre Berthaud

Il n'y a pas d'inquiétude à avoir sur le Cristoli virus, le "virus de Créteil", découvert par des médecins de l'Hôpital Henri-Mondor à Créteil (Val-de-Marne). Invité de France Bleu Paris ce jeudi 18 juin, le Professeur Jean-Michel Pawlotsky, chef du service biologie et pathologies de l'hôpital, détaille ses connaissances sur ce nouveau virus.

"Le virus de Créteil ne circule pas en France a priori"

Le virus de Créteil a été découvert auprès d'une patiente de 58 ans, morte après une inflammation du cerveau. Mais pour l'heure, le Professeur Pawlotsky tient à rassurer : "Il n'y a pas de raison de s'inquiéter : c'est un cas clinique unique chez une patiente très immuno-déprimée, qui avait des probabilités de développer une pathologie devant n'importe quel virus. _A priori le virus ne circule pas en France_, il faut voir si on en trouve la trace ailleurs". 

Il n'y a pas de raison de s'inquiéter au sujet du "virus de Créteil" - le Professeur Pawlotsky de l'Hôpital Henri-Mondor de Créteil

Pour le chef du service biologie et pathologies de l'hôpital Henri-Mondor, malgré l'apparition soudaine du "virus de Créteil", la comparaison avec le coronavirus reste limitée : "Le Covid-19 est un virus à transmission respiratoire, _il a commencé par une épidémie et c'est ensuite qu'on a identifié le virus responsable_. Il y avait beaucoup de cas quand le virus a été identifié, avec des méthodes voisine de celles de mon laboratoire", conclut-il.

Un vaccin contre le Covid-19 "courant 2021" ?

Dans la lutte contre le coronavirus, la découverte d'un vaccin fait partie des sujets très évoqués. Certains, à l'instar du président américain Donald Trump, annoncent la disponibilité d'un vaccin pour la fin de l'année 2020. 

Mais cette date est beaucoup trop prématurée, alerte le Professeur Jean-Michel Pawlotsky : avant de trouver un vaccin, "il y a des mois de recherche, de développement. Il faut aussi vérifier en population son efficacité et sa sûreté. Des tests sont en cours, beaucoup d'argent est investi, mais _parler d'un vaccin disponible en novembre, décembre ou janvier, c'est de la science-fiction_. Je pense qu'il faut être prudent. Si un laboratoire est chanceux, avec des financements, on peut espérer un vaccin courant 2021, plus tard si on est dans les délais habituels". 

Parler d'un vaccin disponible en novembre, décembre ou janvier, c'est de la science-fiction - le Professeur Pawlotsky de l'Hôpital Henri-Mondor de Créteil

Dans l'attente de ce vaccin, on pourrait espérer l'arrivée d'un traitement. Mais pour le moment, "_il n'y a aucun traitement qui a prouvé une efficacité spectaculaire_, explique le Professeur Pawlotsky. Il y a a beaucoup d'études, en général peu contributives, quelques traitements qui montrent des améliorations modestes chez les patients plus gravement atteints". 

On n'a pas trouvé de traitement anti-viral spécifique contre le Covid-19 - le Professeur Pawlotsky de l'Hôpital Henri-Mondor de Créteil

"Une étude récente de Recovery montre que la déxamethasone, des corticoïdes, pourrait améliorer le traitement du Covid-19, baisser d'un tiers la mortalité. En revanche, _on n'a pas trouvé de traitement anti-viral spécifique_. Néanmoins, une étude récente de Recovery prouve que la maladie est liée à une pathologie des artères, c'est nouveau. Ce sont des pistes pour trouver des médicaments qui vont essayer d'atténuer les manifestations de la maladie", détaille le chef du service biologie et pathologies de l'hôpital Henri-Mondor.

Il ajoute que des recherches sont en cours pour trouver à la fois un vaccin et un traitement contre le Covid-19, complémentaires pour lutter contre toute maladie.

Le Professeur Pawlotsky de l'Hôpital Henri-Mondor de Créteil, invité de France Bleu Paris ce jeudi 18 juin

Choix de la station

À venir dansDanssecondess