Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Pas d'ondes excessives pour les premiers téléphones 5G testés

L'Agence nationale des fréquences (ANFR) n'a pas décelé de niveau d'ondes excessif sur les treize premiers téléphones portables 5G qu'elle a pu tester, a-t-elle indiqué dans un communiqué mardi.

Le déploiement de la 5G en France suscite parfois l'inquiétude. Le déploiement de la 5G en France suscite parfois l'inquiétude.
Le déploiement de la 5G en France suscite parfois l'inquiétude. © Maxppp - Lionel VADAM

Les treize appareils 5G testés par l'Agence nationale des fréquences (ANFR) sont en dessous du seuil maximal fixé par la loi, pour l'énergie que leurs ondes apportent au corps humain (débit d'absorption spécifique, DAS). C'est ce que révèle l'agence ce mardi .

Publicité
Logo France Bleu

Deux appareils posaient problème, avant correction

Ce seuil est fixé à 2 watts par kilo pour le tronc et 4 watts par kilo pour les membres (main qui tient l'appareil, poche de pantalon...). "Les premiers contrôles réalisés dans le cadre de la surveillance du marché montrent que la contribution supplémentaire de la 5G est très basse, et n'apparaît que lorsque les antennes 4G et 5G dans le téléphone sont colocalisées", a précisé l'ANFR. "Des augmentations moyennes de 0,4%" pour le tronc "et de 1,8%" pour les membres ont ainsi été constatées.

Deux appareils non-5G de la marque Heyou distribuée par Boulanger (EssentielB Heyou 60 et 40) ont été décelés comme non conformes pendant les tests. Mais une mise à jour logicielle a permis d'abaisser leur niveau d'émission et de les rendre conformes, selon l'ANFR.

L'ANFR réalise chaque année des campagnes de vérification des niveaux d'énergie émis par les smartphones du marché. La batterie de test rendue publique mardi concernait un total de 44 appareils, dont les treize 5G.

Successions d'études rassurantes

Dans son étude annuelle dévoilée en juillet dernier , l'ANFR révélait que l'exposition aux ondes électromagnétiques en France avait augmenté très légèrement en 2020 comme les années précédentes, mais restait très faible au regard des normes en vigueur. Mais cette campagne 2020 ne prenait quasiment pas en compte l'arrivée de la 5G, puisque les premières antennes ont été mises en service à partir de décembre 2020. 

La dernière étude en date portant sur les conséquences potentielles de la 5G sur la santé date d'avril dernier . L'Agence nationale de sécurité sanitaire avait expliqué alors que la téléphonie 5G ne présente "pas de risques nouveaux" pour la santé, au vu des connaissances actuelles.

En s'appuyant notamment sur des travaux réalisés sur les fréquences utilisées pour les précédentes générations de téléphonie (700 MHz à 2,5 GHz), et qui servent également pour la 5G, l'agence estimait "peu vraisemblable à ce stade que le déploiement de la 5G dans la bande de fréquence autour de 3,5 GHz constitue un nouveau risque pour la santé".

La vigilance demeure

Concernant l'exposition à la bande des 26 GHz, également utilisée pour la 5G mais pas encore attribuée en France, l'Anses avait considéré "qu'à l'heure actuelle, les données ne sont pas suffisantes pour conclure à l'existence ou non d'effets sanitaires". L'avis recommandait donc de poursuivre les recherches sur l'exposition aux diverses fréquences d'ondes et leurs éventuelles conséquences sanitaires.

"La France est le pays qui a le cadre de surveillance de l'exposition aux ondes le plus fort", avait rappelé en juillet le secrétaire d'Etat au Numérique Cédric O, lors d'un déplacement à Rennes.

Le déploiement de cette cinquième génération du mobile, commencé au début de l'année, a déclenché des polémiques, alimentées par les propos du président Emmanuel Macron qui avait publiquement comparé les sceptiques à des "Amish" , tenants d'un "retour à la lampe à huile".

- -

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

L'info en continu

Publicité
Logo France Bleu