Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Pas de terrain en caoutchouc à Aigrefeuille-sur-Maine !

dimanche 11 mars 2018 à 6:02 Par Audrey Dumain, France Bleu Loire Océan

Le caoutchouc présent dans les terrains synthétiques pourrait être dangereux pour la santé selon plusieurs études, alors la commune d’Aigrefeuille-sur-Maine a choisi la pelouse en liège pour son futur stade de foot.

Les petites billes noires en caoutchouc dans les pelouses synthétiques pourraient être dangereuses pour la santé.
Les petites billes noires en caoutchouc dans les pelouses synthétiques pourraient être dangereuses pour la santé. © Maxppp -

Aigrefeuille-sur-Maine, France

Hors de question pour Jean-Guy Cornu, le maire d'Aigrefeuille-sur-Maine de prendre le risque. Les billes en caoutchouc, que l'on retrouve dans la majorité des terrains synthétiques en France, pourraient être toxiques selon plusieurs études et donc potentiellement cancérigènes.  

Du liège et de la noix de coco 

La solution trouvée : des billes de lièges et de noix de coco. Elles sont faciles à entretenir, naturelles, mais elles sont aussi plus chères.  Un terrain synthétique coûte 600 000 euros en moyenne. Pour obtenir une pelouse en liège il faudrait débourser 40 000 euros de plus selon le maire : "Il ne faut pas jouer avec la santé des enfants, on paiera s'il le faut", assure t-il. 

Jean-Guy cornu attend toutefois les résultats de l’enquête menée par l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) sur les pelouses en caoutchouc avant de prendre une décision finale. 

Le terrain devrait être prêt d'ici un an, en 2019, pour les 2 000 enfants scolarisés à Aigrefeuille-sur-Maine.