Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Refus d'un vaccinodrome à Valentigney : "L'État n'a pas assez de vaccins, qu'ils assument" dit le maire

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Après le refus du préfet du Doubs d'ouvrir un centre de vaccination à Valentigney dans le Pays de Montbéliard, le maire de la commune Philippe Gautier dénonce une méthode incompréhensible.

Vaccination contre le Covid-19 dans un centre. - Illustration
Vaccination contre le Covid-19 dans un centre. - Illustration © Radio France - Noémie Guillotin

L'ouverture d'un cinquième centre de vaccination à Valentigney est écarté par le préfet du Doubs. Un refus "incompréhensible" pour le maire de la commune. D'après Philippe Gautier, cette décision est motivée par le manque de doses de vaccins contre le Covid-19.

"Qu'ils assument que l'État n'a pas assez de doses de vaccin et à partir de là on arrêtera de tergiverser sur de nouvelles ouvertures de centres." - Philippe Gautier, maire de Valentigney

"Je suis accosté par beaucoup d'habitants qui me demandent : pourquoi nous n'avons pas de centre de vaccination ?" raconte l'élu. Philippe Gautier a pourtant candidaté à la mi-décembre auprès de la préfecture du Doubs pour accueillir un vaccinodrome dans sa ville. Il a finalement reçu le 19 janvier une réponse négative de la préfecture. Un refus dans une période où de nombreux centres de vaccinations sont saturés dans le Nord Franche-Comté. Impossible d'avoir un rendez vous avant la mi-février d'ailleurs dans les vaccinodromes de Montbéliard, d'Audincourt et de Voujeaucourt. 

Démultiplier les centres : ça coûte cher

Alors pourquoi refuser l'ouverture d'un nouveau centre ? Pour le maire la raison la plus évidente, c'est que l'État manque de doses de vaccins. Pourtant du coté de l'Agence Régionale de Santé, qui donne un avis sur chaque ouverture de vaccinodrome, les motivations de ce refus sont tout autres. 

L'hôpital Nord Franche-Comté seul livreur de vaccins

"En France, on ne démultiplie pas les centres dans chaque commune parce que, à la fois ça a un coût en terme d'occupation de salles et de personnels mobilisés pour faire fonctionner ces centres, que ce soit au niveau des postes administratif ou médical" explique Agnès Hochart, délégué de l'ARS Nord Franche-Comté.  Par ailleurs sur cette zone, c'est l’hôpital Nord Franche-Comté de Trévenans qui conserve l'ensemble des doses et donc, qui les livre. "Aujourd'hui il livre déjà huit centres sur l'ensemble du territoire" ajoute Agnès Hochart, "il faut donc aussi économiser notre hôpital qui est par ailleurs bien occupé par la crise".

L'Agence Régionale de Santé rappelle également qu'un nouveau centre de vaccination ouvrira la semaine prochaine à Pont-de-Roide dans le Pays de Montbéliard. Avec sa création, les 170.000 habitants de l'aire urbaine auront donc accès à quatre vaccinodromes, soit le double des recommandations nationales qui préconise l'installation d'un centre pour 100.000 habitants. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess