Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pass sanitaire : "une part de la population va contrôler une autre part" déplorent les sénateurs haut-viennois

-
Par , France Bleu Limousin

Après avoir enflammé les bancs de l'Assemblée nationale, le projet de loi sur l'extension du pass sanitaire est examiné à partir de ce vendredi par le Sénat. En Haute-Vienne, les deux sénateurs (PS) prônent un vaccin obligatoire mais dénoncent haut et fort le procédé choisi par le gouvernement.

Le pass sanitaire est désormais obligatoire dans de très nombreux lieux accueillant du public - illustration
Le pass sanitaire est désormais obligatoire dans de très nombreux lieux accueillant du public - illustration © Radio France - Clémence Gourdon Negrini

Les débats autour de l'extension du pass sanitaire n'en finissent pas. Allongé de plusieurs heures à l'Assemblée nationale, la débat sur le projet de loi du gouvernement devrait ensuite animer les bancs du Sénat ce vendredi. Le texte est attendu de pied ferme par les sénateurs et, avant même l'ouverture des discussions, le sénateur PS de la Haute-Vienne Christian Redon-Sarazy est monté au créneau, reprenant la position la position commune à tous les parlementaires socialistes.

"En faisant contrôler la situation d'une personne par un restaurateur, par un bénévole ou par l'organisateur d'une fête locale, vous leur imputez la responsabilité de l'application du pass sanitaire et des éventuellement des amendes qui en découleraient" estime l'élu haut-viennois. "C'est faire contrôler une moitié de la population par un  autre moitié de la population !" dénonce-t-il, en précisant qu'il soutient, en revanche, la vaccination obligatoire des majeurs et "un contrôle par l'Etat".

Nous organisateurs, nous ne sommes pas là pour ça !

Sur le terrain, à Rochechouart, l'organisateur du festival Le Labyrinthe de la Voix ne dit pas autre chose. Pierre Baland, dont le festival débute ce vendredi soir, dénonce une injustice, lui qui avait précisément choisi de rester en-dessous de la jauge des 1.000 spectateurs par concert pour éviter la mise en œuvre du pass sanitaire, avant les nouvelles annonces du 12 juillet. Loin d'être opposé au vaccin, il trouve en revanche la méthode inacceptable : "il y a une incompréhension de la part des spectateurs qui va se reporter sur nous organisateurs car on devient les contrôleurs de la vaccination obligatoire, et nous on n'est pas la pour ça !". Le festival du Labyrinthe de la Voix, comme beaucoup d'autres, craint une chute importante de sa fréquentation alors que les réservations étaient déjà beaucoup moins importantes qu'espéré.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess