Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus - Passeports sanitaires ou vaccinaux : où en est-on ?

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Alors que plusieurs pays délivrent d'ores et déjà des "passeports" à leurs ressortissants vaccinés contre le coronavirus, la France est en discussion avec les autres Etats membres de l'Union européenne. La Commission européenne a présenté son projet le 17 mars. On fait le point.

Les Israéliens qui détiennent le "passeport vert" peuvent retourner au restaurant depuis dimanche 7 mars.
Les Israéliens qui détiennent le "passeport vert" peuvent retourner au restaurant depuis dimanche 7 mars. © AFP - Emmanuel DUNAND

Un passeport attestant que son propriétaire ne peut pas transmettre le Covid-19 est en réflexion dans de nombreux pays. Sa forme - application, papier ou certificat électronique - aussi bien que ses critères d'attribution - personnes vaccinées, présentant un test négatif ou un certificat sérologique (présence d'anticorps) - sont en discussion. Ce précieux sésame permettrait à ceux qui l'obtiennent de voyager plus facilement, d'aller au cinéma ou de manger au restaurant. Certains pays, comme l'Islande et Israël, ont déjà sauté le pas.

La France va-t-elle mettre en place un passeport vaccinal ?

Le 25 février dernier, lors d'un sommet avec les dirigeants européens, Emmanuel Macron a évoqué la mise en place d'un "pass sanitaire" numérique. Il pourrait être octroyé aux personnes possédant un certificat de vaccination mais aussi à celles présentant un test négatif récent. Emmanuel Macron refuse l'idée d'un passeport vaccinal qui créerait une injustice puisque tout le monde n'a pas encore accès au vaccin. "La vaccination ne peut pas être le sésame unique de réouverture des activités sinon on crée une société à deux vitesses, très injuste", avait confirmé quatre jours plus tard le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Clément Beaune. "Il faudra peut-être une application où vous pourrez montrer que vous êtes soit vacciné et donc protégé, soit (un) test PCR négatif ou (un) test antigénique négatif fiable, comme cela vous n'êtes pas à risque non plus", avait-il suggéré.

Une réunion a ensuite eu lieu entre les membres du gouvernement pour en préciser les contours. "Il y a différentes formes possibles. C’est un outil possible, rien n’a été acté, rien n'est décidé, qui permettrait d’attester que, pour accéder à un certain nombre de lieux, vous êtes protégés : soit que vous avez réalisé un test négatif très récemment, soit que vous avez été vacciné, soit d'autres éléments qui permettraient de tracer vos contacts si jamais on identifiait une contamination dans le lieu où vous étiez", avait déclaré le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal. Pour le moment, "il n’y a pas de pistes privilégiées".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Où en sont les discussions avec les autres membres de l'UE ?

Cette réflexion est aussi menée à l'échelle européenne. La Commission européenne a dévoilé mercredi 17 mars son projet de "certificat vert" visant à faciliter les voyages au sein de l'UE cet été. Réclamé par des pays très dépendants du tourisme comme la Grèce, ce passeport commun suscite les réticences de certains Etats, face aux risques de discriminations envers les non-vaccinés, soit actuellement l'écrasante majorité des Européens. Pour répondre à ces inquiétudes, Bruxelles a prévu que le document atteste non seulement d'une vaccination contre le Covid-19, mais aussi d'un test PCR négatif ou d'une immunité à la suite d'une infection. La Commission promet un "très haut degré de protection" concernant ces données personnelles sensibles, en prévoyant notamment qu'elles ne pourront pas être conservées par les pays de destination.

L'objectif est qu'il soit opérationnel avant l'été, en juin si possible, a dit le commissaire européen à la Justice Didier Reynders. Doté d'un QR code, il pourra être contenu dans un smartphone ou sur un document papier. Il ne sera pas toutefois une "condition préalable" à la libre circulation dans l'UE, selon le texte. Les personnes non vaccinées doivent pouvoir continuer à voyager, en étant soumises le cas échéant à des mesures comme la quarantaine.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Didier Reynders a aussi précisé que ce serait aux Etats membres de décréter l'éventuel usage de ce certificat pour d'autres activités que les voyages (accès à des restaurants, spectacles, etc.). Ce certificat prendra en compte les vaccins contre le Covid-19 autorisés dans l'UE (actuellement ceux de Pfizer/BioNTech, Moderna, AstraZeneca/Oxford et Johnson & Johnson). Les Etats membres auront la possibilité d'accepter des certificats pour d'autres vaccins, comme le chinois Sinopharm et le russe Spoutnik V.

Cette proposition de règlement devra être approuvée par les Etats membres et le Parlement européen. Un "accord ne sera pas rapidement trouvé", estime un diplomate européen. Le Danemark a de son côté déjà annoncé le lancement prochain d'un passeport vaccinal et la Suède promet la même chose "avant l'été".

Qu'en est-il dans les autres pays ?

L'Islande est le premier pays au monde à avoir délivré un passeport vaccinal. Il est ainsi devenu jeudi 18 mars le premier pays de l'espace Schengen à laisser entrer tous les voyageurs vaccinés contre le Covid-19, afin de relancer le tourisme.

En Israël, où la moitié des Israéliens ont reçu leur seconde dose de vaccin, un "passeport vert" a été mis en place. Il est octroyé aux personnes ayant reçu deux doses du vaccin ou guéri du Covid-19. Cela leur permet de s'asseoir dans un café et de manger au restaurant. Les restrictions dans les écoles, les lieux de culte, les hôtels ont aussi été assouplies. La Chine a elle annoncé début mars un "certificat de santé" numérique pour les Chinois qui voudraient voyager à l'étranger. Enfin, les Seychelles a indiqué rouvrir ses frontières aux touristes qui ont reçu la seconde dose de vaccin au moins deux semaines avant leur arrivée.

Par ailleurs, des discussions sont en cours entre les pays du G7 (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni), a indiqué la ministre canadienne de la Santé.

Qu'en est-il dans le privé ?

Les compagnies aériennes réfléchissent elles aussi à l'élaboration de passeports sanitaires afin de relancer le secteur aérien, durement touché par la crise. Air France a commencé à expérimenter une application sur ses lignes vers les Antilles, Los Angeles et San Francisco. "AOK Pass" (pour "Anticorps OK") est téléchargeable sur toutes les plateformes. Les voyageurs effectuent un test PCR dans un laboratoire partenaire, et leurs résultats sont envoyés sur les téléphones sous forme de codes QR, ensuite scannés par le personnel à l'aéroport. Un tel système "permet de faciliter l'emport des documents, de les numériser et de les authentifier. Ca évite les fraudes, ça désengorge les queues" à l'embarquement et à l'arrivée, a expliqué le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari le 11 mars.

L'Association internationale du transport aérien (Iata) a conçu de son côté un "Travel Pass", une application qui authentifie les données sanitaires des passagers, comme leurs tests Covid-19 ou leur statut vaccinal, afin de faciliter les contrôles. Singapore Airlines a inauguré ce "passeport numérique".

Enfin, certains événements ont d'ores et déjà annoncé qu'ils ne seraient accessibles qu'aux personnes vaccinées ou guéries du Covid-19. C'est le cas par exemple pour les spectateurs qui assisteront au Grand Prix d'ouverture de la saison de Formule 1 du 26 au 28 mars à Bahreïn, a annoncé le circuit dans un communiqué jeudi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess