Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 54 en orange
Dossier : Coronavirus Covid-19

Patients en fin de vie, le droit de visite des familles déjà appliqué au CHU à Saint-Etienne

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Lors de son discours lundi soir, Emmanuel Macron, a évoqué la possibilité de pouvoir organiser des visites pour que les familles puisent dire un dernier adieu à leurs proches

Le CHU de Saint-Etienne appliquait déja  les visites pour les patients en fin de vie
Le CHU de Saint-Etienne appliquait déja les visites pour les patients en fin de vie © Radio France - Yves Renaud

Jusqu’ici confinement strict oblige, beaucoup de victimes sont décédées à l’hôpital ou dans les Ehpad, sans aucun dernier contact avec leur famille. Un véritable déchirement pour les proches des victimes du Corona-Virus redoublé par l’impossibilité d’assister à de vraies obsèques

Cette annonce du président de la République répond donc à un vrai souci d’humanité dans cette crise. Mais face à la douleur des familles, les services de soins avaient déjà anticipé les visites. Le professeur Pascale Vassal le chef de service de soins palliatifs  au CHU de Saint-Étienne explique qu'il était déjà appliqué dans les services depuis 15 jours.

"Il y a quinze jours, on a décide d'autoriser les visites de familles quand les patients n'allaient pas bien du tout, pour qu'elles puissent dire un adieu. Matériellement, c'est compliqué, notamment dans les services de "Covid-plus" ou il faut s'habiller pour rentrer, les masques, la surblouse. C'est une visite limitée, tous les membres de la famille ne peuvent pas venir, mais ça se passe plutôt bien. C'est vrai que ça prend du temps pour le personnel de soin, mais on a aussi proposé que ce soient des psychologues qui puissent accueillir les familles et pouvoir discuter."

Le professeur Pascale Vassal qui espère aussi pouvoir augmenter  le nombre de visites possibles dans les prochains jours grâce à l’aide d‘externes des hôpitaux volontaires qui vont venir renforcer l’accueil des familles. Même si elle pose pas mal de problèmes techniques, cette annonce du président de la république est très bien reçue par le monde médical et les associations de patients. A l'image de l’association nationale « Le lien » qui assure la défense des usagers de la santé. Sa vice présidente nationale Claude Rambaud habite en Haute-Loire, elle se félicite de cette mise au point, mais s’inquiète de son application.

"Dans les CHU, on a toujours eu des patients hautement contagieux et on sait faire avec les familles. Le problème se pose plutôt dans les Ehpad, qui sont un peu démunis en matériel et ils sont moins formés aussi. On a pas la temps, on est dans l'urgence , donc nous ce qu'on demande c'est qu'on porte une attention sur le formation de ces personnels."

L'entrée de l'Ehpad "les genêts" au Chambon sur Lignon
L'entrée de l'Ehpad "les genêts" au Chambon sur Lignon - -

Pour la rassurer, l’exemple de deux établissements d’accueil de personnes âgées, l’hôpital Moze de Saint-Agrève  en Ardèche et l’Ehpad "les Genêts" du Chambon-sur-Lignon en Haute-Loire qui n’ont pas attendu la directive présidentielle pour agir. Laurence Chardon dirige les deux structures et a mis en place un programme de visites familiales très encadré.

"C'est d'abord le médecin qui nous indique la nécessité de faire venir la famille de façon très restreinte, deux personnes maximum avec des équipement de protection individuels, une prise de température à l'entrée et un questionnaire médical pour éviter les contaminations dans l'établissement, Ce sont des conditions très strictes pour accéder à leurs proches."

Les deux établissements d’accueil de personnes âgées qui poursuivent également la mise a disposition des moyens de communication avec les familles pour les résidents qui ne sont pas touchés par le virus. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess