Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Pau : 150 professionnels de santé et du médico-social rassemblés place Clemenceau pour réclamer des moyens

-
Par , France Bleu Béarn Bigorre

Les soignants des hôpitaux de Pau, Oloron, Orthez et Mauléon réclament des lits et du personnel, en particulier pour anticiper une 3e vague de Covid. Les personnels du médico-social eux se sentent oubliés du Ségur de la Santé et souhaitent comme leurs collègues hospitaliers des hausses de salaires

Les représentants syndicaux des hôpitaux de Pau, Oloron, Orthez, Mauléon, du CHP de Pau, de l'Adapei et d'Agir étaient rassemblés place Clemenceau.
Les représentants syndicaux des hôpitaux de Pau, Oloron, Orthez, Mauléon, du CHP de Pau, de l'Adapei et d'Agir étaient rassemblés place Clemenceau. © Radio France - Manon Claverie

Environ 150 personnels de santé et du médico-social se sont rassemblés ce jeudi, jour de mobilisation nationale des soignants, place Clemenceau à Pau, pour réclamer des moyens. La manifestation était organisée par la CGT des hôpitaux de Pau, Oloron, Orthez et Mauléon, ainsi que de l'Adapei (association départementale de parents et amis des personnes handicapées mentales) et de l'association Agir (action jeunesse innovation réinsertion). Étaient également présents des représentants du CHP des Pyrénées, à Pau, l'ASE (aide sociale à l'enfance), des Gilets jaunes et des usagers. 

150 personnes environ étaient présentes, sous la pluie.
150 personnes environ étaient présentes, sous la pluie. © Radio France - Manon Claverie

250 soignants hospitaliers contaminés pendant la 2e vague

Les soignants hospitaliers demandent à l'État des moyens de faire face à une 3e vague, qui risque d'arriver vu la circulation des variants de coronavirus sur le territoire. "Nous revendiquons l'arrêt des fermetures de lits, parce que cela continue, et puis surtout du personnel. Dans la perspective de la 3e vague de Covid, rien n'est anticipé : aucune embauche de personnel. Déjà que la 2e vague a été bien plus difficile à vivre que la 1e... Nous demandons également des augmentations de salaires pour pallier la fuite des agents due aux conditions de travail compliquées", a expliqué Cathy Le Pauvre, secrétaire syndicale CGT et aide-soignante à l'hôpital de Pau. Au centre hospitalier, 250 membres du personnel ont été contaminés par le coronavirus pendant la 2e vague. 

Les soignants ont collé des messages sur le sol de la place Clemenceau pour appeler à l'aide.
Les soignants ont collé des messages sur le sol de la place Clemenceau pour appeler à l'aide. © Radio France - Manon Claverie
Les soignants ont collé des messages sur le sol de la place Clemenceau pour appeler à l'aide.
Les soignants ont collé des messages sur le sol de la place Clemenceau pour appeler à l'aide. © Radio France - Manon Claverie

Les médico-sociaux, "oubliés" du "Ségur de la Santé"

Les personnels du médico-social, eux, sont tout simplement "les oubliés" du Ségur de la Santé du gouvernement. "Nous aimerions que l'État transpose sur nos personnels les hausses de salaires des personnels hospitaliers", indique Michel Vialar, représentant CGT de l'Adapei 64. D'autant plus que leurs salaires n'ont pas été revalorisés depuis près de 10 ans. "Notre point d'indice est gelé, et même congelé depuis 2003", ajoute-t-il. "Ce qui fait que des jeunes aides-médico psychologiques - l'équivalent des aides-soignants dans le milieu hospitalier - qui commencent sous le Smic finissent leur carrière avec moins de 1 500 euros par mois". 

La manifestation s'est terminée par une chorégraphie, sous la pluie. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess