Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Pau : 70 manifestants devant le service des urgences pour réclamer plus de personnel

-
Par , France Bleu Béarn

70 manifestants se sont réunies ce mercredi devant les urgences de Pau, qui sont toujours en grève. Ils réclament plus de personnel pour faire face à l'afflux toujours croissant de patients au service des urgences. Le directeur adjoint les a reçu, et donnera une réponse à leur demande ce vendredi.

Environ 70 personnes étaient présentes devant l'hôpital de Pau ce mercredi
Environ 70 personnes étaient présentes devant l'hôpital de Pau ce mercredi © Radio France - Caroline Félix

Pau, France

"La maladie n'est pas une marchandise, l'hôpital n'est pas une usine",  voilà l'un des slogans du rassemblement ce mercredi après midi devant les urgences de Pau, qui sont toujours en grève. Environ 70 personnes, des personnels des urgences, des gilets jaunes et des syndicats, se sont réunis à l'appel de la CGT. 

Si j'ai le temps d'aller boire un verre d'eau la nuit, je m'estime heureuse. Aurélie, une infirmière de nuit aux urgences 

Ils réclament plus de personnel : une infirmière en journée, quatre aides soignantes, un agent administratif, et un mi-temps d'agent d'entretien. Les 6 postes obtenus en renfort pour les urgences début juillet ne suffisent pas à faire face à l'afflux toujours croissant de patients, expliquent les manifestants.

Les urgentistes signifient qu'ils sont en grève grâce à des badges, étant obligés d'être présents dans le service car ils sont assignés - Radio France
Les urgentistes signifient qu'ils sont en grève grâce à des badges, étant obligés d'être présents dans le service car ils sont assignés © Radio France - Caroline Félix

"C'est inhumain de travailler comme ça. Toujours plus de patients, toujours moins de lits, toujours moins de personnels", déplore Aurélie, une infirmière de nuit. Une situation qui mène à la limite de la "maltraitance" pour les patients, estime un ambulancier.

"C'est inhumain de travailler comme ça" - Aurélie, infirmière de nuit aux urgences de Pau

Au cours de cette manifestation, les urgentistes ont rencontré le directeur adjoint de l'hôpital pour lui exposer qui donnera une réponse à leur demande de renfort ce vendredi.