Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Pénurie de médecins en Corse, quoi de neuf docteur ?

lundi 27 août 2018 à 11:02 Par Patrick Vinciguerra et Pierre-Louis Antoniotti, France Bleu RCFM

En dix ans, la France a perdu 9 % de ses médecins généralistes, rendant l'accès eux soins de plus en plus difficile dans certains zones rurales mais aussi urbaines. La Corse n'échappe pas à ce phénomène. Surtout dans l'intérieur de l'île.

Des médecins de plus en plus rares surtout en milieu rural
Des médecins de plus en plus rares surtout en milieu rural © Maxppp -

Corse, France

La France manque de médecins, une pénurie qui persiste, le gouvernement a d'ailleurs dévoilé en 2017 un nouveau plan de lutte contre les déserts médicaux. Il s'agit entre autres d'un dispositif financier pour aider les médecins à s'installer. Le territoire national a par ailleurs été découpé en trois types de zones : les zones prioritaires, les zones complémentaires et les zones de vigilance.

Des communes rurales principalement. Dans les secteurs de Ponte Leccia, Corte, Gravona, Cruzini, Prunelli, Taravu...

Les zones prioritaires sont celles, vous l'aurez compris, où les besoins sont les plus criants. En Corse, cela concerne 11,9 % de la population et 107 communes. Des communes rurales principalement. Dans les secteurs de Ponte Leccia, Corte, Gravona, Cruzini, Prunelli, Taravu... 

Parmi les aides proposées aux médecins pour les inciter à s'installer dans les déserts médicaux , une prime de 50 000 euros. Mais des communes sont prêtes à aller encore plus loin, en mettant à disposition des postulants des locaux et un appartement ou à payer leur loyer. Cela ne suffit pas toujours.... comme à Centuri. 

Cela va mieux depuis quelques années, notamment grâce à l'ouverture d'une branche médecine à l'Université de Corse

Lueur d'espoir tout de même, la tendance semble s'inverser. En tout cas, en Corse-du-Sud. C'est le sentiment de Jean Canarelli, le président du conseil de l'Ordre des médecins du département. Selon lui, cela va mieux depuis quelques années, notamment grâce à l'ouverture d'une branche médecine à l'Université de Corse.  

Jean Canarelli, le président du conseil de l'ordre des médecins de Corse-du-Sud