Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Pénurie de médicaments à Quimper : "Nous avons des dizaines de ruptures de stock tous les jours"

-
Par , France Bleu Breizh Izel

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a dévoilé ce lundi sa "feuille de route" pour lutter contre la pénurie grandissante de médicaments en France. A Quimper, les pharmacies accumulent les ruptures de stock.

La pénurie touche tous types de médicaments
La pénurie touche tous types de médicaments © Radio France - Julio PELAEZ

Quimper, France

Plus d'un français sur quatre aurait déjà été en difficulté pour acheter un médicament courant selon le ministère de la Santé. Des ruptures de stock qui inquiètent les pharmaciens, comme les patients. 

Agnès Buzyn a ainsi dévoilé ses "pistes" pour lutter contre ces pénuries ce lundi devant les acteurs de la santé. Elles s'articulent autour de trois axes : la"transparence et l'information du public et des professionnels", notamment les pharmaciens.

"La pénurie touche tous types de médicaments"

A Quimper, dans la pharmacie d'une galerie marchande, c'est devenu une habitude : tous les jours, les pharmaciens reçoivent la liste des médicaments en rupture de stock : "Nous en comptons 60 rien que ce matin. Il y a des anti-inflammatoires, de la cortisone, des médicaments contre le rhume...  La pénurie touche tous types de médicaments", explique Elodie, préparatrice en pharmacie.

Très souvent, elle se retrouve obligée d'expliquer aux patients qu'elle n'a pas le traitement en stock. Parfois, il faut alors appeler le médecin pour changer le traitement, "mais ça prend beaucoup de temps".

La feuille de route proposée par Agnès Buzyn prévoit ainsi de donner la possibilité aux pharmaciens de remplacer le médicament indisponible par un autre médicament si la pénurie concerne un intérêt thérapeutique majeur. Mais selon Elodie, cela ne fait que repousser le problème.

"Les fabricants exportent trop"

Selon cette préparatrice en pharmacie, le fond du problème vient avant tout de la politique des laboratoires fabricants : "Ils préfèrent exporter car en France c'est la sécurité sociale qui fixe les prix des médicaments alors que les autres pays ont souvent plus de liberté". 

De plus, la demande mondiale ne fait que s'accroître : "L'offre ne correspond clairement pas à la demande". 

La ministre de la Santé souhaite ainsi une meilleure "gestion du circuit du médicament, du fabricant jusqu'à la pharmacie". Pour le moment, ce n'est que provisoire. Agnès Buzyn attend les propositions de tous les acteurs du secteur et présentera un plan définitif à la rentrée