Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences

Pénurie de préservatifs gratuits en Loire-Atlantique

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Depuis que les préservatifs peuvent être prescrits par un médecin, le nombre de protections gratuites a beaucoup baissé dans les associations et établissements de Loire-Atlantique. C'est une situation alarmante pour les mineurs et les personnes précaires, rapporte le planning familial de Nantes.

Des préservatifs masculins, féminins, et du lubrifiant sont disponibles gratuitement au planning familial de Nantes.
Des préservatifs masculins, féminins, et du lubrifiant sont disponibles gratuitement au planning familial de Nantes. © Radio France - Sixtine Lys

Depuis le début de l'année 2019, on constate une pénurie de préservatifs gratuits dans les plannings familiaux, lycées, et universités de Loire-Atlantique. Ce n'est pas un problème de production, mais de dotation. Depuis fin 2018, il est possible de se faire prescrire des préservatifs chez le médecin. Il sont à 60% remboursés par la sécurité sociale. 

C'est l'Agence régionale de santé, qui reçoit les préservatifs de Santé publique France, et qui les redistribue dans les plannings familiaux et les établissements. Alors quand la directrice du planning familial de Loire-Atlantique passe commande auprès de l'ARS, en janvier 2019, elle s'inquiète. Elle découvre quelques mois plus tard que l'ARS n'a eu que la moitié de sa dotation de préservatifs, et qu'il y aura donc des coupes

4.000 préservatifs cette année, contre 10.000 l'année dernière

De nombreuses infirmeries scolaires ont fait leur rentrée ce 2 septembre 2019 sans aucun préservatif gratuit à distribuer. Et le planning familial de Loire-Atlantique a obtenu 4.000 préservatifs, contre 10.000 l'année dernière. Une décision insensée, pour la directrice Sandrine Mansour.

Toute la population jeune et précaire ne va pas se faire prescrire le préservatif"

"J'ai fait un sondage auprès des médecins que je connais sur l’agglomération nantaise, pour leur demander quelle est la demande réelle depuis ce décret", explique-t-elle. "Ils disent qu'il y a peu de demandes, même quand ils informent. Et ça concerne les personnes entre 40 et 60 ans. Donc toute la population jeune et précaire ne va pas se faire prescrire le préservatif. _On pense que ce sont des mesures complémentaires_. Oui, c'est très bien de pouvoir prescrire, mais ce ne peut pas se faire au détriment d'une population qui ne peut pas aller chez le médecin.

En effet, le planning familial de Loire-Atlantique reçoit environ 10.000 personnes par an, en très grande majorité des jeunes, voire des mineurs, et de personnes en situation de précarité. 

Des demandes de préservatifs quotidiennes

"A chaque fois qu'on est ouvert, on a des demandes de préservatifs. Soit des gens qui profitent de la consultation pour en demander, soit des demandes spontanées de personnes qui viennent juste pour ça. Et puis on a un mission de prévention, donc on est aussi censé en proposer par exemple aux jeunes qui n'osent pas demander. On a fait des ordonnances pour ceux le peuvent, mais ce n'est pas suffisant. Ce sont des actions complémentaires, mais indispensables l'une à l'autre", ajoute Sandrine Mansour. 

On a un mission de prévention, on est aussi censé en proposer"

"On a complexifié l'accès au préservatif alors qu'on voit le nombre de maladies sexuellement transmissibles et de grossesses non désirées augmentent", se désole la directrice.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu