Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Périgueux : sans revenus, ils ne vont plus se faire soigner

mercredi 12 septembre 2018 à 18:23 Par Valérie Dejean, France Bleu Périgord

Le président de la République doit présenter ce jeudi sa stratégie de lutte contre la pauvreté. A Périgueux, comme ailleurs, des hommes et des femmes sans ressources, renoncent momentanément à se faire soigner.

Patricia a du attendre de longs mois avant d'aller chez le dentiste
Patricia a du attendre de longs mois avant d'aller chez le dentiste © Radio France - Valérie Déjean

Périgueux, Dordogne, France

Ce sont eux les "sans dents", des hommes et des femmes en situation de grande précarité qui n'ont plus de quoi se faire soigner. Patricia, bientôt 60 ans, a passé de longs mois sans dents devant. Malade, elle les a toutes perdues. Aujourd'hui, grâce à la couverture maladie universelle, elle a enfin pu se faire soigner, mais il a fallu du temps : "Ça vient juste d'être fait là, y a quoi ? Trois mois. Avant, c'était pas beau, puis même pour les enfants quand tu veux rigoler il faut mettre la main devant la bouche, quand tu voulais parler c'était pas évident quoi. Mais pour refaire les dents, on a attendu un peu parce que ça coûte cher." Aujourd'hui elle a retrouvé ses dents, et son sourire qu'elle met à la disposition du secours populaire de Périgueux où elle est bénévole.

Je n'ai pas renoncé à me faire soigner, mais j'ai mis en attente" — Yoann

La situation de Yoann est similaire. Âgé d'une trentaine d'années, il est aujourd'hui dans une situation très précaire. Il a mal au dos mais ne peut pas se faire soigner, et ses dents sont très abîmées, tellement qu'il ne mange plus que de la purée et du steak haché. "Je rêve d'une côte de boeuf, la dernière que j'ai mangée, pour moi c'est l'antiquité. Pour le moment je ne peux faire me faire soigner, les frais dentaires ça coûte très cher on le sait. Je n'ai pas renoncé à me faire soigner mais j'ai mis en attente." 

Yoann , ne peut pas se faire soigner faute d'argent - Radio France
Yoann , ne peut pas se faire soigner faute d'argent © Radio France - Valérie Déjean

Aujourd'hui neuf millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté en France ( 1026 euros par mois ) dont près de cinq millions avec moins de 855 euros mensuels pour vivre. C'est pour eux qu'Emmanuel Macron doit dévoiler ce jeudi matin sa stratégie de lutte contre la pauvreté avec notamment des mesures pour améliorer l'accès à la santé et la mise en place d'une complémentaire santé à un euro maximum par jour. Elle est destinée aux personnes gagnant un tout petit peu "trop" d’argent pour pouvoir bénéficier de la couverture maladie universelle (c'est-à-dire entre  780 et 980 euros par mois, pour une personne seule)