Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Périgueux : une vingtaine de personnes contaminées par la bactérie entérocoque

mardi 3 avril 2018 à 18:44 Par France Bleu Périgord, France Bleu Périgord

L’hôpital de Périgueux a communiqué ce mardi sur la bactérie découverte dans son établissement la semaine dernière. Elle a nécessité l'isolement d'une vingtaine de patients au sein de l’hôpital et au centre de Lanmary.

Hopital Perigueux
Hopital Perigueux © Radio France - Benjamin Fontaine

Entérocoque. La bactérie à l'origine de l'isolement de patients à l’hôpital de Périgueux a été identifiée.  Cette bactérie "vit naturellement dans le tube digestif de l'homme et de l'animal," indique ce mardi soir le centre hospitalier de Périgueux. Elle peut présenter "de façon inopinée" une résistance à la Vancomycine, un antibiotique utiliser pour traiter les infections.

Depuis mercredi, le centre hospitalier assure prendre les mesures nécessaires pour lutter contre la propagation de cette souche. Douze patients de l'hopital ont été regroupés au service des maladies infectieuses. Sept patients du centre de Lanmary, à quelques kilomètres de Périgueux, sont également contraints de rester dans leur chambre. 

Des investigations sur 300 personnes

Dans la plupart des cas, les patients porteurs de cette bactérie n'ont ressenti aucun symptôme. Un seul patient aurait été victime d'une infection sans lien direct avec son hospitalisation. "Ce n'est pas l'entérocoque qui est dangereux, mais le fait qu'il peut transmettre sa résistance à d'autres bactéries plus dangereuses et qui deviennent résistantes à la Vancomycine." La bactérie devrait disparaître d'elle-même.

Des rappels de mesures d'hygiène ont été réalisés auprès du personnel médical. Les personnes qui ont été en contact avec les patients porteurs ont été recensées et informées. Elles vont faire l'objet d'un suivi particulier et d'un dépistage. "Des investigations sur 300 cas contacts sont actuellement en cours pour assurer la sécurité de ces personnes et éviter la propagation de la bactérie," indique l’hôpital.