Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

PHOTOS - Une manifestation d’ampleur à Clamecy contre la fermeture des urgences de nuit

-
Par , France Bleu Auxerre
Clamecy, France

1.500 selon les forces de l'ordre, 3.000 selon les manifestants. Un défilé presque historique à Clamecy ce vendredi matin pour dire non à la fermeture des urgences de nuit qui a mobilisé personnel hospitalier, élus, pompiers volontaires, citoyens. Personne ne s'attendait à une telle ampleur.

En tête de cortège "c'est le cercueil des urgences"
En tête de cortège "c'est le cercueil des urgences" © Radio France - SC

Ils étaient entre 1.500 et 3.000, un nombre de manifestants quasiment historique dans les rues de Clamecy ce vendredi matin.

Les rues de Clamecy noires de monde : dans le cortège des élus, des infirmiers, des citoyens "on nous méprise. On va construire des pompes funèbres à la place des urgences dans les campagnes"
Les rues de Clamecy noires de monde : dans le cortège des élus, des infirmiers, des citoyens "on nous méprise. On va construire des pompes funèbres à la place des urgences dans les campagnes" © Radio France - SC

Tous ont battu le pavé pour dire protester contre la fermeture des urgences de nuit de l’hôpital de cette commune de 3.800 habitants la nuit. Les urgences de Clamecy, c'est actuellement 9 médecins deux titulaires et sept vacataires. La nuit, il faut deux médecins urgentistes pour  assurer le service mais pour l'Agence régionale de santé (ARS) ce n'est pas rentable et cela se fait au détriment des soins.   

Cette banderole avait déjà servi il y a 20 ans
Cette banderole avait déjà servi il y a 20 ans © Radio France - SC

L'ARS doit rendre son rapport définitif en juin mais le personnel hospitalier, les pompiers, les citoyens et les élus n'attendent pas pour se mobiliser.

A lire aussi : Clamecy : les élus contre la menace de la fermeture des urgences

35 maires ont déposé leur démission auprès du préfet en guise de protestation. 34 adjoints comptent en faire de même. Si l'ARS décide, en juin prochain, de fermer les urgences 34 conseils municipaux menacent, à leur tour, de démissionner ce serait l’équivalent de 500 personnes.

Lors du défilé, les commerçants de Clamecy ont fermé boutique comme M. Lièvre boucher charcutier qui affirme "on a le droit de mourir la nuit, mais pas le jour ?"
Lors du défilé, les commerçants de Clamecy ont fermé boutique comme M. Lièvre boucher charcutier qui affirme "on a le droit de mourir la nuit, mais pas le jour ?" © Radio France - Solène Cressant

En parallèle, cet appel à manifester à l'occasion d'une réunion prévue à l’hôpital de Clamecy entre les agents de l'ARS , la maire de Clamecy et le président de la communauté de commune.

A l'issue de la réunion avec l'ARS, c'est statut quo, "l'ARS n'a que le plan de fermeture en tête" disent les élus mais tous espèrent qu'elle fléchira. Ils comptent surtout sur un  rendez-vous : le 1er mars lors de la venue de la ministre de la santé, Agnès Buzyn, à l’hôpital de Nevers.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess