Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences

Puy-de-Dôme : Pierre Méry, maire et médecin de Fournols, prend sa retraite à 80 ans

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Médecin depuis 44 ans, élu au conseil municipal de Fournols depuis 38 ans, trois fois élu maire (1995-2001 puis 2008-2020), Pierre Méry a décidé de tout arrêter et de prendre sa retraite. Le 23 mars prochain, il n'aura plus aucune fonction élective, et dès ce soir, il sera retraité.

Après 44 ans donnés à Fournols, Pierre Méry prend un repos bien mérité.
Après 44 ans donnés à Fournols, Pierre Méry prend un repos bien mérité. © Maxppp - Fanny Guiné

Fournols, France

"Je suis débordé, ils viennent tous me voir avant que je parte !" C'est peu dire que le départ à la retraite de Pierre Méry, 80 ans, laisse Fournols orphelins. "Certains ont pleuré, d'autres ont voulu prendre une photo-souvenir avec moi... Ca me fait quelque chose", confie-t-il.

"Il y en a que je soigne depuis plus de 40 ans. Ce sont devenus plus des amis que des patients" - Pierre Méry, médecin et maire de Fournols

Médecin à Fournols pendant 44 ans

En 1976, Pierre Méry, originaire de Laqueuille, dans l'ouest du Puy-de-Dôme, s'est installé à Fournols, dans le sud-est, pour ne plus en partir, 44 ans après. "J'ai fait mon internat à Ambert, où je me suis très bien senti. J'ai vu qu'il manquait un médecin à Fournols, et je m'y suis installé", se rappelle-t-il. Jamais il n'a voulu déménager son cabinet. "J'ai fait plus de la moitié de ma vie à Fournols, qui me le rend bien, je pense", sourit-il. 

Infatigable, il a travaillé du lundi au samedi, et géré les urgences le dimanche, voyant une vingtaine de patients en moyenne, et restant alerte de 7h à 22h. "Et parfois, c'était plus tard. Quand j'étais au Conseil de l'Ordre des médecins, je pouvais bien finir à 1h30 ou 2h du matin, le temps de revenir de Clermont", ajoute-t-il. Son secret ? "C'est dans la tête. Si on commence à se dire "je suis fatigué, je n'y arriverai pas", c'est foutu. Il faut rester motivé". Et il en a encore à revendre, à 80 ans, lui qui a été président du syndicat des médecins du Puy-de-Dôme, conseiller de l'Ordre des médecins, vice-président de l'Union professionnelle... autant de mandats qu'il a décidé de laisser, petit à petit faute de temps.

Pierre Méry a eu de nombreuses vies - Maxppp
Pierre Méry a eu de nombreuses vies © Maxppp - Fanny Guiné

Cependant, pourquoi avoir décidé de tout arrêter ? "C'est sur un coup de colère. Des énergumènes sont venus me dire qu'ils n'étaient pas contents de leur prescription. J'ai alors envoyé une lettre de démission au Conseil de l'Ordre. Chose que j'ai immédiatement regrettée, car je suis en forme et que j'aime la médecine."

"J'aurais bien continué deux ou trois ans, mais la lettre était partie... Et puis j'ai tout de même 80 ans !" - Pierre Méry, maire et médecin de Fournols

Il s'inquiète du manque de médecins dans les déserts médicaux

Il est le seul médecin à une quinzaine de kilomètres à la ronde, implanté dans cette ville de 350 habitants. Désormais, il faudra faire environ vingt minutes en voiture pour trouver un autre praticien, à Sauxillanges, à Vernet-la-Varenne, tandis qu'à Ambert, les médecins sont saturés de patients. Pis, les jeunes médecins renâclent à s'installer dans les déserts médicaux. "Je n'ai jamais refusé un patient. Et là, qu'il n'y ait personne pour prendre ma suite, ça m'inquiète un peu. Un jeune médecin coûte 1500 euros par jeune et par an. Ils ont été formés par la France, et, comme les instituteurs, ils doivent aller dans les déserts médicaux. Mais ils n'ont pas envie... ils veulent des horaires de fonctionnaires."

"Il y a un vrai problème d'hospitalo-centrisme, avec l'idée fixe que tout doit partir de l'hôpital. Je l'ai dit au Conseil de l'Ordre. C'est impensable de laisser des gens sans médecin. Un professeur a répondu "on s'en fout, on les enverra aux urgences". Dire ça, c'est vraiment débile..." - Pierre Méry, médecin et maire de Fournols

38 ans au conseil municipal de Fournols

Pendant 38 ans, il a aussi été élu au conseil municipal de Fournols, devenant même maire, de 1995 à 2001, puis de 2008 à 2020. "Lors de l'élection de 2001, on m'a mis des peaux de banane, en disant que je n'étais pas Fournollais. Mais je ne me suis pas découragé, et en 2008, j'ai repris la mairie, et toute ma liste, sauf une personne, est passée !", raconte-t-il. Un prolongement logique. "Quand on est médecin, on connaît mieux les problèmes des gens. Et comme ça, on fait du meilleur travail de maire. Et j'ai toujours eu envie de mettre mon grain de sel, et si on n'est pas dans une institution officielle, on n'avance pas", explique-t-il. Cette double casquette de médecin, il l'a donc gérée pendant des années, veillant bien à séparer les deux activités. 

"Dans mon cabinet, je suis médecin. Je refuse d'ailleurs qu'on vienne me voir pour des problèmes de mairie. J'ai des jours et des heures à la mairie, d'autres au cabinet." - Pierre Méry, médecin et maire de Fournols

Rattraper le temps perdu

Désormais, il va pouvoir rattraper le temps perdu. "J'ai une très belle bibliothèque, avec des tas de bouquins que je veux lire. Puis j'ai aussi un millier de DVD, dont je n'ai vu qu'une poignée (rires)." Mais il ne sera jamais loin de la médecine. "Ca m'intéresse toujours. Il y a des enseignements post-universitaires à Ambert et Issoire, que je veux suivre." Et surtout, il veut finir sa conquête du monde, que l'on voit au travers des souvenirs disséminés dans son cabinet. Ce grand voyageur a vu 174 pays, gardant de grands souvenirs des îles Marquise, ou de l'Amérique du Sud, et rêvant des Etats-Unis et du Canada.

Le 23 mars, à l'issue des municipales 2020, il n'aura plus de mandat. "Si jamais il manque quelqu'un sur la liste, je veux bien prendre la dernière place, mais c'est tout. Et je n'y tiens pas", assure-t-il. Quant à la médecine, il reste disponible jusqu'à ce soir, "à minuit moins cinq", rit-il, si jamais on a besoin de lui. Avant de prendre une retraite bien méritée, "sans aucun regret", et en "restant jeune dans sa tête".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu