Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Pisseurs de glyphosate : une association de médecins limousins anti-pesticides s'attend à des chiffres importants

-
Par , France Bleu Limousin

50 personnes participent en Limousin à la campagne d'analyses d'urine, sous l'intitulé "pisseurs in-volontaires de glyphosate", pour vérifier si leur organisme en contient ou non. L'association Alerte des médecins limousins sur les pesticides s'attend à des résultats sans appels.

Une cinquantaine de personnes ont participé à l'opération des "pisseurs in-volontaires de glyphosate" à Limoges
Une cinquantaine de personnes ont participé à l'opération des "pisseurs in-volontaires de glyphosate" à Limoges © Radio France - Alain Ginestet

Limousin, France

"Ce qu'on veut savoir, c'est si la population est contaminée un peu, beaucoup ou passionnément !", résume le docteur Pierre-Michel Périnaud, concernant ces analyses d'urine menées partout en France pour vérifier si nos organismes contiennent ou non du glyphosate. "On s'attend à des chiffres importants, puisque les études disponibles sur les autres pesticides montrent qu'on est contaminé, entre 80 et 100% d'entre nous", explique le président de l'association "Alerte des médecins limousins sur les pesticides". Il répondait à 8h15 aux questions d'Alain Ginestet sur France Bleu Limousin, ce mardi. 

Reste une grande question, qui continue de faire débat, cette semaine encore, avec le rapport parlementaire fourni par un groupe de sénateurs : le glyphosate est-il ou non dangereux ? Et là, il y a un gros iatus. "Les études industrielles montrent qu'il est génotoxique (modifiant l'ADN) dans seulement 1% des cas, alors que les 200 études scientifiques sur lesquelles s'est appuyé le CIRC (Centre international de recherches sur le cancer) montrent un effet génotoxique dans 74% des cas !", résume le Dr Périnaud. 

C'est l'histoire de l'amiante, du tabac !

Pourquoi ce différentiel ?  "C'est l'histoire de l'amiante, du tabac", ironise le médecin. "Les études industrielles", explique-t-il, "ça n'est pas fait chercher pour des effets cancérigènes si la réglementation ne le demande pas !" Pour Pierre-Michel Périnaud, il faut se fier à ceux qui produisent de la science. Or, dit-il, "les agences sanitaires se fient aux deux-tiers aux études des industrielles, elles se sont fait capturer par l'industrie... "