Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Plan de déconfinement : 700.000 tests de dépistage par semaine. Qu'en pensent les laboratoires ?

-
Par , France Bleu Paris
France

700.000 tests par semaine promis par Edouard Philippe à partir du 11 mai pour tous ceux qui présentent des symptômes et les personnes contactées. Qu'en pensent les laboratoires d'analyse ? Est-ce réalisable ? Comment comptent-ils procéder ? La réponse du syndicat national des biologistes.

.
. © Maxppp - Alexandre Marchi

"Protéger, tester, isoler." Voilà le triptyque sur lequel s'appuie la stratégie d'Edouard Philippe contre le coronavirus. "Nous serons en capacité de massifier nos tests jusqu'à 700 000 tests virologiques par semaine" au 11 mai, a annoncé le Premier ministre, mardi 28 avril, devant l'Assemblée nationale, lors de l'annonce de son plan de déconfinement. 

Qu'en pensent les laboratoires d'analyse ? Est-ce réalisable ? Comment comptent-ils procéder ? France Bleu Paris a posé la question à François Blanchecotte, président du syndicat national des biologistes

"Il s'agit d'un objectif ambitieux : nous étions à 250.000 tests par semaine, la semaine dernière ; cela revient donc à multiplier par trois le nombre de ces tests" répond François Blanchecotte qui estime que ce sera "assez facile" dans les départements verts, mais "redoutable à mettre en place" dans les départements rouges, où il y aura peut-être de fortes concentrations de contamination. Les laboratoires auront besoin de nombreux préleveurs, de moyens techniques supérieurs. Le matériel est en commande, dit-il, et "l’Etat nous a assuré que, en nous regroupant, il pourrait nous aider" à en obtenir "en quantité plus importante". "C’est là tout le défi qui nous attend" conclut-il.

Appel à l'aide auprès des généralistes et infirmières libérales

Le président du syndicat national des biologistes souhaite que les généralistes "reprennent leurs consultations, soient en première ligne, et éventuellement nous aident à prélever, ainsi que les infirmières libérales".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess