Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Plan de déconfinement : les annonces concernant les tests et les brigades de détection des cas contacts

-
Par , France Bleu, France Bleu Paris

Lors de sa présentation des grandes lignes du plan de déconfinement envisagé à partir du 11 mai en France, le premier ministre Edouard Philippe a annoncé des tests massifs pour les personnes présentant des symptômes du Covid-19 et des brigades départementales chargées d’identifier les cas contacts.

Le Premier ministre a parlé d'un objectif de 700.000 tests par semaine au 11 mai.
Le Premier ministre a parlé d'un objectif de 700.000 tests par semaine au 11 mai. © Maxppp - Xavier De Fenoyl

Le gouvernement compte tester massivement les personnes présentant des symptômes du Covid-19, a rappelé ce mardi Edouard Philippe lors de son discours devant l’Assemblée Nationale, à l'instar de ce qui avait été annoncé par Emmanuel Macron le 13 avril dernier. Le Premier ministre a également souligné que les personnes testées positives seront invitées à s’isoler. L’utilisation de l’application StopCovid n’est pas prévue pour le moment. Des brigades "humaines" seront constituées au niveau départemental pour identifier les personnes avec lesquelles les personnes porteuses du virus ont été en contact.

700.000 tests par semaine

Le Premier ministre a rappelé son objectif de disposer de 700.000 tests par semaine à partir du 11 mai. Le chiffre correspond, selon Edouard Philippe, aux modèles épidémiologiques qui prévoient 1.000 à 3.000 nouveaux cas par jour à cette période. En sachant que pour chaque cas, il faudra tester en moyenne "au moins 20 à 25 personnes l'ayant croisé dans les jours précédents".

En prenant une fourchette haute (3.000 tests par jour fois 25, multiplié par 7), le Premier ministre identifie un besoin de 525.000 tests par semaine. La marge de 175.000 servirait, selon Edouard Philippe, à "mettre en oeuvre des campagnes de dépistage comme nous l'avons déjà engagé pour les Ehpad notamment". Ces tests seront remboursés à 100% par la Sécurité sociale.

Le Premier ministre reprend un objectif déjà annoncé jeudi dernier par le directeur général de la Santé Jérôme Salomon lors de son audition par la mission Covid-19 de l'Assemblée nationale : "Nous en sommes probablement à environ de 200 000 tests [virologiques] par semaine, l'objectif est de 700 000 par semaine d'ici le 11 mai", avait-il déclaré. Les tests virologiques sont réalisés avec des écouvillons et détectent la présence du virus dans l'organisme.

L’isolement pour les personnes infectées

Pour briser les chaînes de transmission, les personnes contaminées identifiées devront s’isoler : soit chez elles, ce qui entraînera le confinement de tout le foyer pendant 14 jours, soit dans un lieu mis à disposition, notamment des hôtels réquisitionnés.

"Nous prévoirons des dispositifs de contrôle, s'ils devaient être nécessaires, mais notre objectif est de nous reposer largement sur le civisme de chacun", a noté le Premier ministre. Edouard Philippe a toutefois rappelé devant les députés qu’il y avait des personnes asymptomatiques, et que les personnes infectées pouvaient être contagieuses deux jours avant l’apparition de symptômes du Covid-19.

Des "brigades" pour identifier les cas contacts

Au 11 mai, le traçage sera effectué par des humains. "Dans chaque département, nous constituerons des brigades chargées de remonter la liste des cas contacts, de les appeler, de les inviter à se faire tester en leur indiquant à quel endroit ils doivent se rendre, puis à vérifier que ces tests ont bien eu lieu et que leurs résultats donnent bien lieu à l'application correcte de la doctrine nationale", a précisé le Premier ministre.

Quid de l’application StopCovid de laquelle les députés devaient débattre ce mardi ? "Pour l'heure, compte tenu des incertitudes sur cette application, je serais bien en peine de vous dire si elle marche, et comment elle fonctionnera précisément. Il me semble donc que ce débat est prématuré", a estimé Edouard Philippe. 

Le déconfinement ne se déroulera pas de la même manière selon les départements, a également précisé Edouard Philippe ce mardi. Chaque jour à partir de jeudi, le directeur de la santé Jérôme Salomon présentera une carte sur laquelle les départements se seront vus attribuer une couleur (verte ou rouge). Trois critères seront étudiés le 7 mai pour déterminer dans quel département "la circulation du virus reste active", "les capacités hospitalières en réanimation restent tendues" et "le système local de tests et de détection des cas contacts ne soit pas suffisamment prêt".

Lire aussi

Choix de la station

À venir dansDanssecondess