Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Confinement - Coronavirus : rester en forme à la maison

Plein le dos après un mois de télétravail

-
Par , France Bleu Occitanie
L'Isle-Jourdain, France

Depuis le début du confinement le 17 mars, des millions de Français ont dû s'organiser pour travailler de chez eux. Mais souvent sans mobilier adapté, ce qui engendre inconfort et maux de dos.

Il faut s'étirer régulièrement, pour limiter un maximum les douleurs.
Il faut s'étirer régulièrement, pour limiter un maximum les douleurs. © Maxppp - Stéphane Lefèvre

Les muscles souffrent, depuis un peu plus d'un mois. Si vous êtes en télétravail contraint, à cause du confinement, vous le sentez certainement : le mal de dos ! À force de pencher la tête en avant sur l’ordinateur portable, c’est la nuque, et le haut du dos qui trinquent. Des positions inhabituelles, quand d'ordinaire au bureau les employés travaillent sur un ordinateur fixe, avec un écran surélevé, et un mobilier adéquat.

Depuis un mois, les nouveaux télétravailleurs s'installent comme ils peuvent à la maison. Quand l'appartement est trop petit, quand il n'y a pas de pièce de bureau dédiée, certains échouent sur le canapé et se cassent le dos en posant le PC portable sur la table basse du salon, quand ils ne s'enfoncent pas dans les coussins. Des postes de travail complètement inadaptés.

Des postures inhabituelles, surtout quand elles durent aussi longtemps

Marc, lui, se réfugie sur le lit conjugal. Cet habitant de L'Isle-Jourdain (Gers), entre Toulouse et Auch, s’occupe habituellement de la maintenance des maisons de retraite. Souvent sur le terrain, parfois au bureau. Aujourd'hui, il doit continuer à bosser de chez lui, mais sans les bon outils. Il a choisi de se mettre sur le lit car dans les autres pièces de la maison, "il y a des enfants, donc un bruit ambiant qui ne permet pas de se concentrer".

"J'ai une posture qui n'est pas du tout agréable..."

"J'ai une posture qui n'est pas du tout agréable" reconnaît Marc, mais il explique qu'il n'a pas le choix. Cependant, il s'impose "des assouplissements toutes les demi-heures, ou trois-quart d'heure pour éviter de me retrouver avec le dos qui brûle. (...) Parce que là, c'est pas le top".

Première chose, surélever son écran

"Plus on travaille dans une position inadéquate, plus les muscles fatiguent, et les douleurs apparaissent" explique Matthieu Denquin, ostéophate et posturologue à Toulouse. "Quand on travaille deux ou trois heures, on a tendance à s'avachir" explique ce spécialiste, qui invite à bouger régulièrement pour "remettre à jour" ses muscles, avant de repartir bosser.

"Mettre l'écran à hauteur des yeux, c'est une bonne chose pour libérer le haut du dos."

Mais selon le posturologue, c'est d'abord la position de l'écran de l'ordinateur qui compte : "Si vous mettez l'écran à hauteur des yeux, ça sera une bonne chose pour libérer la partie haute du dos : épaules et trapèzes". Si vous avez un ordinateur fixe, avec un écran déporté, c'est évidemment le mieux. 

Avec un PC portable, éviter la table basse si possible, ou alors carrément s’asseoir par terre, pour être à bonne hauteur. Sur un bureau, ou la table de la cuisine, il faut déjà bien s’asseoir, le dos droit, les pieds à plat sur le sol. La bonne hauteur des yeux, face à l'écran, se fait alors en réglant son siège.

Depuis le début du confinement, un tiers des salariés français travaille à la maison, selon les chiffres de l'INSEE.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess